Suspension des vols: Sit-in à Rabat de Canadiens et MRE du Canada

Le samedi 28 août 2021, les autorités canadiennes ont décidé de suspendre tous les vols directs en provenance du Maroc pour une durée d’un mois, soit du 29 août au 29 septembre 2021. Des dizaines de Canadiens et MRE du Canada se retrouvent donc bloqués au Royaume.

Une décision subite qui a donné suite au blocage de pas moins de 12.000 Canadiens et MRE au Maroc. Pour protester contre la décision du gouvernement canadien, une cinquantaine de personnes bloquées au Maroc, ont organisé un sit-in, ce mercredi 1er septembre 2021, devant l’Ambassade du Canada à Rabat.

 » Comme tous les gens présents ici, on a été choqué par la suspension des vols directs en provenance du Maroc décidée par les autorités canadiennes, qui devaient assurer notre retour à notre pays d’accueil. Heureusement qu’on s’est retrouvé bloqué au Maroc, chez nous. Dans le cas contraire, on allait faire face à plusieurs problèmes suite à ce blocage« , nous confie Fayçal Bensaid, Marocain résident au Canada.

Suite à ce blocage, « plusieurs personnes risquent de perdre leur travail, et leur source de revenu » nous dit-il, notant qu’il y a des MRE qui ne peuvent pas se permettre le coût trop élevé des vols avec escales.

« A travers ce sit-in, nous essayons de passer un message aux gouvernements canadien et marocain. On veut adresser un message au premier ministre canadien, Justin Trudeau et au Roi Mohamed VI qui a toujours soutenu les Marocains résidents à l’étranger et tient toujours à préserver leurs intérêts. On passe ce message pour qu’on nous trouve réelle qui ne va pas créer des problèmes pour les citoyens canadiens bloqués au Maroc « , dit-il.

Photo Soufiane Belkouri

Pour une autre étudiante marocaine à l’Université de Montréal, le sit-in de ce mercredi 1er septembre devant l’Ambassade du Canada, a été organisé pour que les personnes bloquées au Maroc « fassent valoir leurs droits et faire entendre leurs voix« .

« Nous sommes des citoyens canadiens et marocains, qui se sont retrouvés contraints de rester au Maroc, alors que des responsabilités nous attendent au Canada. Moi par exemple, je suis étudiante à l’université de Montréal. C’est ma dernière année du BAC. Avec le Covid, j’étais supposée faire deux stages, mais l’un d’eux a été annulé à cause du Covid-19. Le seul stage qui me reste est prévu pour cette dernière année. Et j’ignore si je peux le passer ou pas avec cette décision du gouvernement canadien de suspendre les vols en provenance du Maroc« , nous confie-t-elle.

Pour sa dernière année universitaire, notre interlocutrice nous confie que les cours, qui étaient jusque-là dispensés en ligne vont reprendre progressivement en présentiel à l’université. » Mais je ne sais pas si je pourrai assister au cours, sachant que je suis bloquée au Maroc. Je suis en pleine communication avec mes professeurs pour voir quels sont les accommodements dans mon cas. Je parle de mon cas, mais il y a des étudiants marocains au Canada qui sont restés bloqués au Maroc, alors qu’ils viennent de commencer un nouveau programme. C’est encore plus difficile pour eux pour s’intégrer. On est donc devant une situation critique« , relève l’étudiante.

Photo Soufiane Belkouri

 » Le gouvernement du Canada a pris une décision radicale sans préavis. Donc c’est au gouvernement du Canada, et celui du Maroc aussi, de nous trouver une solution », dit-elle. La solution la plus logique selon les protestataires, c’est de mettre à leur disposition des laboratoires agréés par les autorités marocaines pour la réalisation des tests PCR.

L’autre solution proposée par les manifestants, poursuit notre interlocutrice, c’est d’autoriser à nouveau la réalisation des tests PCR au niveau de l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal qui était possible auparavant, et qui a été supprimée à la mi-août.

Photo Soufiane Belkouri

« On peut même le payer (test PCR) et payer le séjour à l’hôtel si le Canada a tellement peur du Covid-19. Nous aussi on a peur du Covid. On est rentré au Maroc vaccinés à deux doses au Canada pour se protéger. Au Maroc, on a respecté la distanciation et le port du masque, on se lavait toujours les mains. On est conscient de tout ça, et on ne peut pas payer le prix à cause de personnes irresponsables et malhonnêtes qui ont décidé de falsifier les tests PCR« , conclut-elle.

Suspension des vols: Sit-in à Rabat de Canadiens et MRE du Canada Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page