Meir Masri ou quand Israël nous veut du bien

Décidément la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc, ne laisse pas indifférent. Alors que des uns en appellent à la raison pour reprendre ces relations, d’autres se proposent à la médiation.

Dernièrement un fait insolite a fait  le buzz dans les réseaux sociaux quand, un responsable politique israélien membre du comité directeur du parti travailliste et expert en relations internationales auprès de plusieurs organismes en Israël, maître de conférences de surcroit à l’Université et Président-fondateur du Middle East Pact (MEP), Meir Masri pour ne pas le nommer a gazouillé sur son compte Twitter : « Si Tebboune ose attaquer le Maroc, il aura à faire à Israël… Et Israël ne plaisante pas » et le lendemain en réponse à la « vindicte » et à ce “sus à l’intrus“  que cela a provoqués, à l’Est de l’Eden, il récidivait « Je dis aux mercenaires de Tebboune qui m’attaquent depuis ce matin : Le Maroc est une ligne rouge ». On peut y voir dans cette réplique, c’est permis, une note, tout à fait personnelle. Mais l’important est dans l’idée première.

 L’Universitaire Abdelmoughit Tredano Benmessaoud, Président du Centre de recherche et d’études en sciences sociales (CRESS) et Directeur de la revue marocaine des sciences politiques et sociales, sollicité par Hespress.fr nous apporte, d’ailleurs, quant à lui son éclairage quant à cela. « C’est bienveillant, mais c’est également un tweet que l’on va dire “zélé“ et qui se comprend dans ce sens où l’on peut estimer qu’il traduit plus ou moins la position officielle des élus et de l’élite dirigeante israélienne. Et si l’on part de ce postulat on peut dire que ça rentre dans le processus de la normalisation pour la conforter ». Le fait de dire que « Le Maroc est une ligne rouge  qu’il ne faut pas y toucher etc., conforte l’idée que le Maroc et Israël sont des alliés stratégiques que ça consolide leurs relations et que ça montre que la normalisation n’est pas qu’un acte diplomatique ou de rapprochement, mais également un acte et un engagement stratégique. On peut apprécier ou pas, personnellement j’ai une autre vision ».

Et Tredano Benmessaoud de développer, « C’est  contraire à la position du Royaume dans ce sens où, un Etat se porte “entre guillemets“ garant de sa sécurité. En effet, officiellement, il y va de soi, que le Maroc ne se rangera, jamais à l’idée que l’on puisse se porter garant de sa sécurité. L’histoire nous le démontre dans plusieurs cas du reste. Pour ne reprendre que les plus récents exemples, on citera ces trois cas,  le sommet de Ryad 2016 (égarements de Banki Moon à Tindouf), la France 2015 (affaire Hammouchi) avec des relations refroidies une année et demi, durant, et tout dernièrement les brouilles avec l’Espagne, l’Allemagne et à un degré moindre car implicitement, la France. Le Maroc n’y a eu de cesse d’affirmer sa position sécuritaire déclarant qu’il n’avait pas besoin d’un pays tiers pour préserver sa sécurité. Aussi, d’une autre lecture, cette phrase peut constituer une sorte de déstabilisation du Maghreb. Je l’inscrirais même dans une stratégie globale de déstabiliser le monde arabo-musulman, une vision qui reste toujours d’actualité de nos jours ».

D’une toute autre virulence, Sion Assidon, assidu défenseur de la cause palestinienne, membre fondateur du mouvement Boycott désinvestissement sanctions (BDS), mais également peu favorable à la normalisation des relations israélo-marocaines, estimant en cela que “88% des Marocains partageaient cette idée“ a réagi plutôt sèchement en nous écrivant, « Les peuples du Maghreb sont avides d’unité et ne partagent entre eux que des sentiments pacifiques et le sentiment que notre destin est un destin commun. Le rêve des sionistes est de déclencher des conflits et même des guerres entre nos pays. C’est un rêve d’intervention directe. C’est un rêve de dominer la région. Qui oserait donner des instructions à l’un des chefs d’Etat africains et arabes, sous peine de menace ? ». No comment !

Meir Masri ou quand Israël nous veut du bien Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page