Vaccination : L’OMS et l’UNICEF appellent à prioriser les enseignants, qu’en est-il pour le Maroc

Les directions européennes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Unicef ont indiqué ce lundi que les enseignants et le personnel des établissements scolaires devraient être parmi les groupes prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19.

Dans un communiqué, les institutions onusiennes ont insisté sur la fait qu’il faudrait « proposer le vaccin contre le Covid-19 aux enseignants et aux autres membres du personnel scolaire en tant que groupe cible des plans de vaccination nationaux« ,  appelant les états membres à mettre en place une stratégie vaccinale destinée à maintenir l’enseignement en présentiel.

Tout en insistant sur le fait de garantir la vaccination aux plus vulnérables, la vaccination des enseignants et membres du personnel scolaire devient aujourd’hui une priorité, alors qu’elle avait déjà été évoquée dès novembre 2020 par un groupe d’experts (le SAGE) de l’OMS.

Au Maroc, la rentrée scolaire est prévue pour le 10 septembre. Une rentrée scolaire marquée par la recrudescence des cas covid-19 au Royaume et alimentée par le débat sur la vaccination des 12-17 ans, dont le lancement de la campagne est prévu pour demain, mardi 31 août. La vaccination de cette tranche d’âge demeure par ailleurs facultative au Royaume.

Nos enseignants sont-ils tous vaccinés ?

S’agissant des enseignants, le Maroc avait considéré que cette catégorie de professionnels ( + de 150.000) était également au front face au virus, et devait donc se faire vacciner au même titre que le personnel de santé ou encore les forces de l’ordre et toutes les catégories cibles. L’État a donc commencé par vacciner les enseignants et cadres de l’éducation âgés de 45 ans et plus, avant que la campagne de vaccination ne soit élargie à l’ensemble des tranches d’âges.

La question qui se pose est de savoir si l’ensemble des enseignants ont été vaccinés ? Une source sûre du secteur de l’éducation nationale nous a affirmé qu’il y a, parmi les professionnels de l’éducation, des « antivax » qui doutent encore du vaccin. « Mais il s’agit d’une minorité« , nous affirme notre interlocuteur.

Interrogée si un pass vaccinal sera imposé aux enseignants « antivax » afin de les inciter à se faire vacciner, notre source n’écarte pas cette possibilité qui est en cours de traitement, nous dit-il, mais loin d’être appliqué dans l’immédiat, vu que le pass vaccinal n’est toujours pas obligatoire au Maroc pour accéder aux espaces publics.

Pour le déroulé de cette rentrée scolaire 2021/2022, sera-t-elle en présentiel ou à distance ? Le ministère de l’Éducation nationale a envisagé plusieurs schémas possibles selon l’évolution de la situation épidémiologique au Royaume en prenant également en considération l’avis des parents. Le présentiel comme le distanciel est donc à envisager.

Mais plusieurs scientifiques et analystes estiment qu’il est temps de reprendre l’école en mode présentiel pour limiter les dégâts psychiques sur les enfants qui ont besoin d’avoir une vie sociale et éducative dans les bangs de l’école. Même son de cloche du côté des experts de l’OMS qui préconisent un retour à l’école.

« Ceci est d’une importance capitale pour l’éducation, la santé mentale et les compétences sociales des enfants, pour que les écoles contribuent à donner à nos enfants les moyens d’être des membres heureux et productifs de la société« , a affirmé dans le communiqué le directeur Europe de l’OMS, Hans Kluge, soulignant que  » la pandémie a provoqué la perturbation la plus catastrophique de l’histoire de l’éducation« .

Pour permettre aux écoles de rester ouvertes, l’OMS Europe et le bureau de l’Unicef pour l’Europe et l’Asie centrale appellent à assurer la vaccination des enfants de plus de 12 ans avec des comorbidités et à améliorer l’environnement scolaire (ventilation, distanciation physique, dépistage régulier des élèves et du personnel encadrant).

Selon les recommandations publiées début juillet, les tests « devraient être en priorité réalisés sur des enfants avec des symptômes » quand ils appartiennent à un groupe à risque.

Vaccination : L’OMS et l’UNICEF appellent à prioriser les enseignants, qu’en est-il pour le Maroc Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page