Bourita : Le Maroc n’a pas d’agenda en Libye

Le Maroc n’a pas d’intérêts étroits sur le territoire libyen et le travail avec les Libyens se fait sans obéir à un agenda préalable, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Le ministre, qui recevait ce mercredi 25 août à Rabat, le vice-président du Conseil de la présidence libyenne, Abdallah Hussein Al-Lafi, a souligné que l’action du Royaume n’interfère pas avec la logique de voisinage et d’influence directe sur la Libye.

« Le Roi Mohammed VI tient à maintenir de solides relations entre les deux pays, mais aussi à l’unité du destin de la Libye», a-t-il assuré.

Et le ministre des AE de soutenir que le Maroc ne compromettra pas son rôle en Libye, de même qu’il ne détient pas non plus une baguette magique pour résoudre tous les problèmes du pays.

La principale motivation de la dynamique marocaine est la sincérité de ses intentions et la recherche de l’intérêt général, a-t-il dit.

Ls deux pays sont sur le point d’organiser un forum des hommes d’affaires et un comité consulaire conjoint, a encore indiqué Nasser Bourita, précisant en ce sens que les relations bilatérales vont se développer considérablement dans certains secteurs économiques, en l’occurrence, l’agriculture.

La Libye est capable de surmonter les difficultés, a-t-il fait observer, reconnaissant l’accumulation d’un certain nombre de problèmes frustrants sur le plan politique, en particulier en ce qui concerne la tenue des engagements sécuritaires et militaires et le respect du calendrier électoral.

Dans le même contexte, Bourita a considéré que le processus électoral décidera de la légitimité électorale, et que les difficultés ne seront surmontées que par un dialogue serein et la priorisation des intérêts libyens.

Bourita : Le Maroc n’a pas d’agenda en Libye Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page