Baraka promet de sortir un million de familles de la pauvreté

Le secrétaire général du parti Istiqlal (PI), Nizar Baraka, s’est engagé à sortir un million de familles marocaines de la pauvreté d’ici 2026, à raison de 200.000 familles par an, notant que « le programme de son parti inclut toutes les aspirations et préoccupations des Marocains ».

À la veille du lancement de la campagne électorale au Maroc, demain jeudi, le secrétaire général de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a présenté les grands traits du programme électoral du parti de la Balance.

De prime abord, l’ancien ministre de l’Économie et des Finances a exprimé ses espoirs d’obtenir de bons résultats lors des prochaines élections, soulignant l’importance de la transparence lors des élections. « Nous voulons des élections transparentes et démocratiques conformément aux aspirations du Roi Mohammed VI », a-t-il dit.

Le même homme politique, qui aspire à diriger le prochain gouvernement, s’est arrêté sur « le phénomène d’utilisation de l’argent dans les campagnes électorales et pour attirer des candidats lors de l’étape des parrainages et des recommandations ».

À ce propos, il a déclaré : « nous nous interrogeons sur l’intégrité et la crédibilité des prochaines élections, d’autant plus que ces méthodes ne servent pas le processus démocratique ».

S’exprimant lors d’une conférence tenue au siège historique à Rabat, le secrétaire général du parti Istiqlal a estimé que « l’utilisation de l’argent dans les élections est préjudiciable au processus démocratique ».

Faisant référence au rôle de la Commission électorale nationale, qui est supervisée par le ministère de la l’Intérieur, le ministère public ainsi que des commissions régionales, il a reconnu « l’existence de réelles difficultés en matière de contrôle des élections surtout en ce qui concerne l’usage de l’argent dans l’achat des voix ».

Photo Mounir Mehimdate

Baraka s’engage à plafonner les prix des carburants

Le SG du parti de la Balance a souligné qu’« il faut garantir la neutralité positive lors des élections ». « Nous attendons à ce qu’il y ait une interaction rapide et sérieuse de la part des autorités si violations il y a », a-t-il poursuivi.

S’agissant de la récente décision du ministère de l’Intérieur concernant le déroulement des campagnes électorales et la nécessité de respecter les mesures de précaution sanitaire, Baraka a considéré qu’il s’agit d’« une décision compréhensible ».

« Cette décision est compréhensible et aura un grand impact sur la performance des partis pendant les jours de campagne, parce que le les élections nécessitent une communication directe avec les citoyens afin de présenter des idées et de détecter les aspirations », a-t-il dit.

« La décision d’interdire les rassemblements affectera inévitablement le climat de la campagne et le taux de participation aux élections », a-t-il soutenu.

Baraka s’est engagée à rompre avec l’économie de rente, la société des privilèges ainsi que toutes les politiques qui perpétuent les disparités sociales. L’ancien ministre de l’Économie s’est engagé également à plafonner les prix des carburants et fixer des marges bénéficiaires aux écoles privées.

Le leader istiqlalien s’est arrêté par ailleurs sur la décision des autorités algériennes de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc jugeant qu’elle « est incompréhensible et injustifiée ».

Photo Mounir Mehimdate

« C’est un coup porté au bon voisinage et aux intérêts des peuples du Maghreb », a-t-il soutenu en ajoutant « On s’attendait à une réponse positive à la main tendue par le Roi Mohammed VI pour tourner la page du passé et construire de nouveaux canaux de communication ».

Baraka promet de sortir un million de familles de la pauvreté Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page