Le régime algérien tente d’exporter ses crises internes en rompant ses relations diplomatique avec le Maroc

L’Algérie a annoncé ce mardi la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc. L’annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra au cours d’une conférence de presse qui s’est tenu à Alger. Le chef de la diplomatie algérienne a lu pour ce faire, une déclaration du président de la République algérienne pour annoncer la nouvelle.

Dans une déclaration faite à Hespress juste après cette annonce que tous les Marocains attendaient, Youssef Gharbi, président de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l’étranger à la Chambre des représentants, a qualifié cette décision d’Alger de rompre ses relations avec le Maroc de position nihiliste. Il a, en outre, indiqué que cette décision n’avait d’autres raisons  que celle d’exporter sa crise interne, afin de se voiler la face et son incapacité à gérer le pays au regard, d’une crise liée à la démocratie et au développement en Algérie.

Youssef Gharbi a ajouté : « Au moment où le discours royal portait sur la nécessité de former une Union du Maghreb comme force nécessaire pour surmonter les difficultés de la rive sud de l‘Afrique du Nord, l’Algérie a choisi de se positionner très étrangement avec des petites considérations », notant,  que « les justifications de la décision algérienne restaient en deçà de la raison ». Et de s’interroger, «  Malheureusement, je ne sais pas ce  que recherche le régime algérien en empoisonnant l’atmosphère et en augmentant la tension dans la région ? ». Pour le parlementaire «

« Le refus du régime algérien de l’aide offerte par le Maroc pour éteindre les incendies qui se sont déclarés dans les forêts algériennes sont l’illustration de cet état d’esprit. Dans de tels cas humanitaires il y va de soi que toutes les considérations sont dépassées. Sauf qu’ici, l’Algérie a préféré rechercher l’aide européenne plutôt que la main tendue du Maroc ». Enfin Gharbi a conclu que la haine des généraux algériens contre le Maroc est devenue une quasi-doctrine, qui empêche la réalisation du rêve de l’unité du Maghreb. Il a décrit la décision de couper les ponts comme un moment douloureux. Mardi, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra pour justifierla rupture des relations de son pays avec le Maroc, a accusé le Maroc de prendre des mesures hostiles contre l’Algérie sans pourtant s’en expliquer.

Le régime algérien tente d’exporter ses crises internes en rompant ses relations diplomatique avec le Maroc Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page