Coronavirus: La France recommande la 3ème dose de vaccin à plus de 13 millions de personnes dès septembre

La France s’organise pour commencer à vacciner une troisième dose de vaccin anti-coronavirus aux personnes les plus vulnérables, en prévision d’une quatrième vague de l’épidémie. Cinq millions de personnes seront concernées dès septembre. 

Alors que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait appelé les pays occidentaux avancés dans leur campagne de vaccination à ne pas administrer de troisième dose et de redistribuer ces doses vers d’autres pays pour qu’il y ait une égalité vaccinale entre les pays pauvres et riches, plusieurs pays ont continué sur leur voie pour sauver leurs populations en prévision d’une nouvelle vague dès l’automne.

C’est le cas d’Israël, qui a commencé par vacciner les populations d’âge avancé, avant d’élargir la troisième dose à d’autres catégories d’âges. Au sein de l’Union européenne, pour le moment il n’y a que la Hongrie qui a déjà commencé à administrer une troisième dose de vaccin, mais l’Allemagne aussi, a annoncé courant août qu’une troisième dose sera administrée dès début du mois de septembre.

En réponse à l’engouement de certains Etats à proposer à l’automne une troisième dose de vaccin pour faire face à la probable hausse des contaminations à la fin des vacances d’été, le chef de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé à un moratoire de deux mois sur l’administration de ces rappels :

« Il est préférable de partager les doses existantes avec d’autres pays, afin que ces derniers puissent augmenter leur première ou deuxième couverture vaccinale, et ensuite nous pourrons organiser les rappels. Nous demandons donc un moratoire de deux mois sur les rappels de vaccins », a-t-il déclaré.

Les Etats-Unis, de leur côté, ne se sont toujours pas prononcés sur le sujet, mais ont rapidement rebondis sur le sujet dès l’annonce d’Israel, notamment, en affirmant que le lancement d’une troisième dose n’allait pas impacter leur rythme de dons de vaccins, et qu’ils étaient capables de faire les deux. Mais les autorités sanitaires du pays n’ont toujours pas émis de recommandations.

En France, l’annonce de la recommandation s’est fait par la Haute autorité de santé française (HAS) mardi mais la nouvelle était déjà connue depuis le 12 août. La HAS a ainsi recommandé une dose de rappel pour les personnes entièrement vaccinées âgées de 65 ans et plus, ainsi qu’à celle qui pourraient présenter des risques de formes graves du coronavirus. Le délais entre la 2ème et la 3ème dose devra être d’ua moins 6 mois.

Il s’agit au total de 13 millions qui seront concernées et 5 millions de personnes vulnérables seront concernées dès septembre. Lundi soir, le ministre français de la santé a fait savoir que la nouvelle campagne de rappel de vaccination visera une frange plus large de la population.

« Après avoir analysé les données disponibles, la HAS propose une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna, ndlr) pour les personnes de 65 ans et plus, ainsi que pour les personnes présentant des comorbidités qui augmentent le risque de formes graves de Covid-19 », a indiqué la HAS dans un communiqué.

Et d’ajouter que le ministre de la santé avait saisi la HAS pour pouvoir étendre la campagne de rappel à d’autres publics que ceux initialement visés (5 millions de personnes), à savoir les résidents des EHPAD, les établissements de soins longue durée, les personnes de plus de 80 ans vivant à domicile et les personnes immunodéprimées.

Coronavirus: La France recommande la 3ème dose de vaccin à plus de 13 millions de personnes dès septembre Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page