Situation critique à Casablanca : L’hôpital de campagne de la Foire internationale remis en service

En raison de la hausse des cas de contaminations au Covid-19 et la saturation des services de réanimation des hôpitaux publics, la Direction régionale du Ministère de la Santé à Casablanca-Settat a eu recours aux services de l’hôpital de campagne de la Foire Internationale de Casablanca, mis en place par les autorités au début de la pandémie. 

Selon des sources syndicales, la Direction régionale de la santé a adressé une correspondance aux professionnels, précisant que la reprise du travail se fera à l’hôpital de campagne de la Foire Internationale de Casablanca (hors service depuis des mois après qu’il est réussi à contenir la pandémie à l’époque) suite à la propagation à grande échelle du virus en cette période estivale ce qui menace le système de santé tout entier.

Il convient de rappeler que l’hôpital de campagne de la métropole a été construit au début du mois d’avril 2020 sur une superficie de 20.000 mètres carrés et compte environ 700 lits. Le projet, qui a nécessité une enveloppe budgétaire de 45 millions de dirhams, a été lancé à l’initiative des autorités locales de la région de Casablanca-Settat, en partenariat avec le Conseil de la région, les Conseils communal et préfectoral de Casablanca, ainsi qu’en coordination avec la direction régionale du Ministère de la Santé.

Dans une déclaration à Hespress Ar, Reda Benslim, secrétaire régional du syndicat indépendant des médecins du secteur public (Casablanca-Settat), a déclaré que « les services administratifs concernés se dirigent vers l’activation des hôpitaux de campagne, en vue de la situation épidémiologique critique que traverse la région, puisque les contaminations Covid- 19 ont touché également les cadres médicaux et infirmiers qui opèrent au sein des hôpitaux ».

Le même syndicaliste a poursuivi que « le ministère de la Santé est en train de perdre presque le contrôle sur la situation épidémiologique dans la région de Casablanca-Settat, en raison de l’épuisement dont se plaignent les cadres de santé dû à l’augmentation constante des cas de contaminations d’une part, et les cas critiques et sévères qui se trouvent dans les services de soins intensifs d’autre part ».

Tout en mettant en garde contre la hausse des contaminations parmi les cadres de santé, Reda Benslim souligne que « le ministère de la Santé ne dispose pas de statistiques officielles à ce sujet, ce qui l’a poussé à interroger les instances syndicales sur les chiffres dont elles disposent. Et il s’agit d’un processus particulièrement difficile à mettre en œuvre dans le secteur privé en raison de l’absence d’informations claires » dit-il.

Le syndicaliste a souligné que « le ciblage des jeunes par le variant Delta ces dernières semaines, a atteint le stade où les décès sont de plus en plus fréquents dans cette catégorie d’âge», appelant ainsi à la nécessité de prendre toutes les mesures de précaution et de prévention nécessaires, notamment en ce qui concerne le port du masque.

Ainsi, le secrétaire régional du Syndicat indépendant des médecins du secteur public de la région de Casablanca-Settat a appelé les services ministériels concernés à « motiver les cadres médicaux, infirmiers, techniciens et administratifs pour qu’ils continuent à travailler dans les départements Covid-19, en améliorant leurs conditions de travail difficiles pendant cette période de pandémie».

Situation critique à Casablanca : L’hôpital de campagne de la Foire internationale remis en service Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page