Maroc/Elections : campagne et scrutin sous l’œil de Dame Covid  

Le contexte sanitaire est des plus incertains au Maroc c’est une lapalissade. En tous cas il ne favorisera pas la participation, ni à la campagne officielle (26 août 2021) ni au scrutin (8 septembre 2021) qui pointent déjà leur nez. Pour autant, imaginer une campagne et scrutin (trois en une), placés sous le sceau de Dame Covid nous laisse nous interroger sur l’opportunité d’un report ou pas de ces évènements.

Si d’aucunes de nos valeureuses formations politiques, peuvent avancer en bombant le torse, avoir clos les dossiers casse-tête de la désignation des candidats, pour autant, elles auront encore d’autres difficultés à surmonter comme celle, prioritaire, de convaincre d’abord, le citoyen à la participation au vote bien avant que de quémander des voix qui, par ces temps ou Dame Covid sévit sans pitié, devraient “s’entendre“ au compte-goutte si l’on peut dire ainsi. C’est que depuis déjà plusieurs semaines une autre vague de contaminations, une de plus, serions-nous tentés de dire, portée par une virulence sans précédent et tournant autour des 10 000 infections par jour frappe le Royaume et l’on ne parle pas de la centaine de décès et bien plus du quotidien vécu.

Un chiffre vous en conviendrez, qui fait certes, froid dans le dos mais qui par ailleurs, vaut  son pesant d’or car, il correspond à au moins un siège dans la plus belle des circonscriptions. Aussi la raison électorale, politique et surtout sanitaire du Royaume devrait en principe valoir aux formations politiques marocaines de ne pas trop sombrer dans un faux plat d’optimisme quitte à en sacrifier quelques organisations de leurs grands meetings politiques et gérer en conséquences. La tenue simultanée des scrutins législatif, régional et local, nouvelle échéance dans l’échiquier politique marocain, atteste certes de l’enracinement de la pratique démocratique dans le Royaume et confirme le niveau de maturité du système politique marocain mais, pour autant, pouvons-nous en sacrifier notre santé.

Nulle ici, l’intention de revendiquer un report ou de titiller une quelconque tutelle même si cette question à ce stade, demeure, sans véritable réponse régalienne. l’Institution étant en cela trop engagée pour se permettre un retour en arrière. Cependant une campagne et un scrutin sous Dame Covid doit permettre au moins le devoir de précaution ce qui n’est pas le cas au regard des prémices de la campagne pré-électorale. Mais au-delà de ces figures imposées et des déplacements des candidats, qui sillonnent le Royaume et d’un scrutin dont les bureaux de vote, très certainement ne seront pas épargnés par la désertion citoyenne, sommes-nous en droit de revenir en arrière si près du but ? Sûr que, cette crise sanitaire, que nous vivons depuis plus d’un an et demi, n’est en aucun cas en faveur de la participation électorale de quelle nature soit-elle et que nous nous dirigeons vers un chiffre record à la baisse quant à la participation.

Cela devrait fait faire le bonheur des partis dont les adhérents sont mobilisés en ordre de marche ou de bataille, c’est tout comme. Du déjà-vu, deux mandats durant. Ce scénario devrait être de mise, un coup de plus cette fois-ci et la question de la participation pourrait se poser une nouvelle fois. Elle se posera sans doute, de manière encore plus accrue, ce qui pourrait brouiller le jeu politique  surtout pour l’élection majeure, celle des législatives. Mais qu’on se le dise ! les régionales et les communales en seront affectées également.  Dès lors, l’on est droit de s’interroger sur l’utilité de ces élections, en situation sanitaire compliquée.  L’abstention  quel que soit x, n’est pas un facteur permettant d’épargner l’échéance électorale, aussi le Marocain restera appelé à voter quelles qu’en soient les circonstances et parfois même au détriment de sa santé, du moins s’il daigne approcher l’urne.

Maroc/Elections : campagne et scrutin sous l’œil de Dame Covid   Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page