Le discours royal vu par la presse en Espagne

Si la presse ibérique n’avait pas caché sa déception, pour ne pas avoir vu l’Espagne être citée lors du discours royal du Trône, cette fois à l’occasion de celui prononcé à l’occasion du 68e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple du 20 août par le Roi Mohammed VI, elle en a eu pour son compte, au regard du bel accueil que l’on relève à travers les articles réservés par les médias espagnols parus en la circonstance.

Tous, unanimes et dans le sillage d’EFE, reconnaissance que le Roi du Maroc, Mohammed VI, a mis fin à la crise diplomatique ouverte avec l’Espagne, et louent le fait que le Souverain souhaite « inaugurer une étape inédite » dans les relations entre les deux pays, qui doivent reposer sur « la confiance, la transparence, la considération mutuelle et le respect des engagements ». A chacun son choix les médias espagnols reprennent les extraits forts du discours royal.

C’est ainsi que La Vanguardia cite cette partie du discours « « Avec un optimisme sincère, nous exprimons le désir de continuer à travailler avec le gouvernement espagnol et son président, Pedro Sanchez, afin d’inaugurer une étape sans précédent dans les relations entre nos deux pays » ». Le média relève que le Roi Mohammed VI a ainsi évoqué pour la première fois la crise déclenchée en avril dernier par l’hospitalisation en Espagne de Brahim Ghali, soulignant « qu’il s’agit, comme l’a lui-même exprimé le roi du Maroc dans son discours, d’une crise sans précédent qui a fortement ébranlé la confiance mutuelle et soulevé plusieurs questions sur leur avenir ».

La Vanguardia note qu’un dégel a été perçu à travers des évènements précurseurs ces dernières semaines et l’on citera en ce sens ce passage « Mais ces dernières semaines, et après le limogeage de l’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya, le Maroc a montré des signes de rapprochement, comme accepter le retour des mineurs entrés à Sebta en mai dernier ». Et le média catalan de poursuivre « Aujourd’hui, le Roi Mohammed VI a affirmé que son pays a œuvré avec « la plus grande tranquillité, une totale clarté et un esprit de responsabilité » pour parvenir à une entente avec l’Espagne. Le Monarque a suivi « personnellement et directement le processus de dialogue, ainsi que le développement des conversations non seulement pour trouver une issue à cette crise, mais aussi à profiter de l’opportunité de redéfinir les bases et les paramètres régissant ces relations ».

Pour sa part Europa Press indique que « le Souverain marocain a fait valoir que l’objectif du Maroc pendant la crise était de revoir « les fondements » des relations avec Madrid » et reprend ce que tous les médias espagnols ont noté à l’unanimité du discours royal « Le roi Mohamed VI du Maroc a annoncé vendredi son intention d’inaugurer une « nouvelle étape inédite » dans ses relations avec l’Espagne, construite sur la base de « la confiance, la transparence, le respect mutuel et le respect des engagements » ».

Quant à El Pais, il estime que « le Roi du Maroc, Mohammed VI, a mis fin ce vendredi soir, de manière tout à fait inattendue, à la plus importante crise diplomatique ces dernières années, ouverte avec l’Espagne en mai dernier entre les deux pays, après l’hospitalisation de Brahim Ghali à Logrono ». le quotidien de centre gauche note également, « qu’au cours des dernières semaines, divers signes de détente avaient été perçus, mais peu s’attendaient à un engagement aussi clair et direct de Mohammed VI pour renouveler l’entente avec l’Espagne ». Le fait qui semble avoir dénoué la crise est le limogeage de l’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha González Laya, que la presse gouvernementale marocaine avait désignée comme la principale responsable de ce conflit. Des sources marocaines avaient apprécié les gestes du gouvernement espagnol pour réorienter la crise depuis la nomination en juillet du nouveau chef des Affaires étrangères, José Manuel Albares ».

El Pais indique également « que le président du gouvernement, Pedro Sanchez, a défini le Maroc lors d’une conférence de presse la semaine dernière comme un « partenaire stratégique » de l’Espagne. Par ailleurs, Rabat avait montré des signes de détente, comme accepter dans un premier temps le retour des mineurs entrés à Sebta en mai ». Pour La Razon, en plus d’avoir cité comme ses confrères les passages clés concernant les relations entre le Maroc et l’Espagne, le média chute dans son article par « Le Roi Mohammed VI, a dénoncé les attaques « systématiquement dirigées contre le Maroc de la part de certains pays et organisations, connus pour leur hostilité envers notre pays ». Le roi n’a pas précisé à quels Etats et entités il faisait référence, mais a pointé du doigt « quelques pays, notamment en Europe », qui, selon lui, « malheureusement considérés comme des partenaires traditionnels, craignent pour leurs intérêts économiques, leurs marchés et leurs centres hégémoniques dans l’espace maghrébin ». El Confidencial se contentait de reproduire l’article d’Europa-Press qui lui-même s’inspirait de l’agence officielle espagnole EFE.

Le discours royal vu par la presse en Espagne Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page