Coronavirus : L’OMS condamne la précipitation des pays riches vers une 3e dose de vaccin

L’Organisation mondiale de la santé a condamné mercredi la précipitation des pays riches à fournir des rappels de vaccin contre le coronavirus, alors que des millions de personnes dans le monde n’ont pas encore reçu une seule dose.

Donner une troisième dose de vaccin contre le coronavirus, c’est comme « donner des gilets de sauvetage supplémentaires pendant que d’autres se noient », a déclaré un scientifique de l’OMS, alors que les États-Unis annoncent leur intention de commencer leur déploiement le mois prochain.

La variante Delta est désormais dominante dans le pays, et tandis que les États-Unis commenceront par administrer les doses tertiaires aux travailleurs de la santé, aux résidents des maisons de soins infirmiers et aux personnes âgées, les conseils des Centers for Disease Control and Prevention indiquent que toutes les personnes doublement vaccinées devraient recevoir une troisième dose – mais au moins huit mois après la deuxième.

Plusieurs agences américaines ont signalé que la protection chez les personnes à double piqûre diminue après environ six mois, et que les boosters peuvent aider.

Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déconseillé l’administration de troisièmes doses, affirmant qu’il est plus important de faire parvenir les première et deuxième doses aux pays où les taux de vaccination sont plus faibles pour lutter contre la pandémie.

Le gouvernement britannique a annoncé des plans pour des troisièmes doses de rappel pour augmenter la protection avant l’hiver.

Le scientifique en chef de l’OMS, le Dr Soumya Swaminathan, affirme que les données qu’elle a vues ne justifient pas la nécessité d’une troisième dose.

Les experts de l’OMS ont insisté sur le fait que la science était toujours sur les rappels et ont souligné qu’il était beaucoup plus important de s’assurer que les personnes dans les pays à faible revenu où la vaccination est en retard reçoivent des vaccins.

« Ce qui est clair, c’est qu’il est essentiel de tirer les premiers coups et de protéger les plus vulnérables avant le déploiement des boosters », a déclaré mercredi le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors de la conférence de presse.

« Le fossé entre les nantis et les démunis ne fera que s’élargir si les fabricants et les dirigeants donnent la priorité aux injections de rappel plutôt qu’à l’approvisionnement des pays à revenu faible et intermédiaire », a-t-il déclaré.

Tedros a exprimé son indignation face aux informations selon lesquelles le vaccin J&J à dose unique actuellement en cours de remplissage et de finition en Afrique du Sud était expédié pour être utilisé en Europe « où pratiquement tous les adultes se sont vu proposer des vaccins à ce stade ».

« Nous exhortons J&J à prioriser de toute urgence la distribution de leurs vaccins en Afrique avant d’envisager des fournitures aux pays riches qui ont déjà un accès suffisant », a-t-il déclaré.

Coronavirus : L’OMS condamne la précipitation des pays riches vers une 3e dose de vaccin Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page