Côte d’Ivoire: Un premier cas d’Ebola découvert inquiète l’OMS

La découverte d’un premier cas d’Ebola en Côte d’Ivoire après 27 ans a provoqué une vive inquiétude chez l’Organisation mondiale de la Santé. Le virus a été importé par une jeune femme venue depuis la Guinée. 

Le spectre d’une nouvelle menace épidémiologique refait surface en Afrique alors que le dernier cas d’Ebola en Côte d’Ivoire n’a plus été détecté depuis 1994.

Le pays vient de recenser une première victime de ce virus, importé par la Guinée voisine qui avait fait face à ce virus pendant 3 ans entre 2013 et 2016. Le pays avait également signalé la réapparition de ce virus en 2021, il y a à peine deux mois.

Les autorités sanitaires ivoiriennes « ont été informées ce jour (samedi) par l’Institut Pasteur d’un cas de maladie à virus ebola après examen des échantillons prélevés » vendredi « sur une jeune fille âgée de 18 ans de nationalité guinéenne », a déclaré à la télévision nationale RTI le ministre, Pierre N’Gou Demba.

Pour l’Organisation mondiale de la Santé, ce nouveau cas importé est « extrêmement préoccupant » et annoncé dans le foulée que 5.000 doses de vaccin anti-ebola obtenues « pour combattre l’épidémie en Guinée » devaient être acheminées en Côte d’Ivoire.

Le jeune femme avait pris la route de Guinée pour arriver en Côte d’Ivoire le 11 aout. Elle n’a été testée positive au virus que le 14 août, soit trois jours après son arrivée dans le pays.

Le ministre ivoirien a tenu à préciser qu’il s’agit d’un cas « isolé » et que la jeune femme est « actuellement en isolement et prise en charge au centre de traitement des maladies hautement épidémiques du CHU de Treichville », à Abidjan.

Selon la même source, la Côte d’ivoire fera vacciner les « groupes cibles personnel de santé de première ligne, contacts immédiats de la patiente, forces de sécurité à nos frontières », affirmant que son pays dispose de doses de vaccin contre Ebola.

Côte d’Ivoire: Un premier cas d’Ebola découvert inquiète l’OMS Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page