Concentrateurs d’oxygène : la demande accrue augmente le risque de pénurie

Les concentrateurs d’oxygène se font de plus en plus rares en ces temps de flambée des contaminations au Covid-19, aggravant ainsi la situation des patients atteints du Covid-19 et dépourvus de moyens, voire même les plus aisés qui ne peuvent rien face à la pénurie.

 

Alors que les lits de réanimation dédiés au Covid-19, que ce soit dans le secteur public ou privé, sont encombrés, concentrateurs d’oxygène deviennent difficiles à trouver sur le marché.

Plus les contaminations vont crescendo, plus le taux remplissage des lits de réanimation dans les hôpitaux publics (46% le vendredi 13 août) faisant ainsi augmenter les prix de vente et de location des concentrateurs d’oxygène, déjà en manque au niveau national.

Dans certains cas, les citoyens sont même contraints de faire appel aux services d’une infirmière pour suivre durant la journée l’état de santé du patient atteint du Covid-19, et éviter ainsi les coûts élevés des cliniques privées.

Les concentrateurs d’oxygène se font rares

La demande accrue, d’achat ou de location des concentrateurs d’oxygènes, est observée depuis la fête de l’Aïd Al Adha. Son augmentation a causé l’épuisement du stock sur le marché au point de laisser les professionnels du secteur en attente de l’arrivée de nouvelles expéditions de l’étranger dans les prochains jours.

Selon des professionnels contactés par Hespress FR, le coût d’achat d’un concentrateur d’oxygène d’une capacité de 10 litres oscille entre 15.000 et 24.000 dirhams. Quant à la location au mois, elle coûte entre 1.500 et 2.200 dirhams. Ces prix augmentent sans cesse en fonction de la demande croissante.

Sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, les appels de détresse se multiplient pour obtenir en urgence des concentrateurs d’oxygène pour les personnes atteintes du virus fantôme qui souffrent d’essoufflement ou de dyspnée. Ce manque de concentrateurs d’oxygène sur le marché augmente ainsi les risques d’aggraver leur état de santé et, par conséquent, ceux des décès potentiels.

Étant donné que le virus affecte les niveaux d’oxygène des patients contaminés, les respirateurs deviennent d’une grande valeur à travers le monde, et leur commerce génère davantage de profits pour les entreprises travaillant dans ce domaine.

Ces concentrateurs d’oxygène, faut-il le rappeler, sont des dispositifs on ne peut plus nécessaires. Car, ils aident à concentrer l’oxygène de l’air ambiant en éliminant l’azote et en fournissant de l’oxygène pur aux individus. En plus, ils n’ont pas besoin d’être remplis à chaque fois, mais n’ont besoin que d’une source d’alimentation pour aspirer l’air ambiant.

Le cri de détresse des professionnels

Face à cette situation de manque de concentrateurs d’oxygène au Maroc, l’Association marocaine des spécialistes des dispositifs médicaux a alerté il y a quelques jours les autorités sur la pénurie de ce produit et a mis en garde contre la pression que cela peut provoquer, en particulier, avec l’augmentation croissante des contaminations au cours de la phase actuelle.

Dans une lettre adressée au ministère de la Santé, l’association a indiqué qu’ »il y a une pénurie préoccupante de concentrateurs d’oxygène sur le marché marocain compte tenu de la forte demande liée à l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 au Maroc« .

La même association a appelé le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, à ouvrir la porte à l’importation de ce produit très important, à l’ensemble des entreprises de dispositifs médicaux autorisées par le ministère, sans avoir besoin de recourir à une autorisation spécifique.

Afin d’anticiper l’épuisement de l’oxygène dans le secteur de la santé publique, le ministère de la Santé a alerté les directeurs d’hôpitaux, les hôpitaux universitaires et les directeurs régionaux de la nécessité d’améliorer l’utilisation de l’oxygène pour sauver les cas critiques.

Concentrateurs d’oxygène : la demande accrue augmente le risque de pénurie Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page