Ouahbi : Le bilan du gouvernement est « désastreux », le PAM est proche de la victoire aux élections

Le secrétaire général du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi, n’a pas laissé passer l’occasion, lors de la présentation ce lundi 09 août du programme de son parti pour le prochain quinquennat, sans critiquer le bilan du gouvernement présidé par le PJD lors des deux derniers mandats affirmant, par ailleurs, que son parti est à quelques centimètres de la victoire lors des législatives de septembre.

Les critiques d’Ouahbi sont intervenues alors qu’il décortiquait les réformes mises en œuvre depuis la Constitution de 2011, qui a donné plus de prérogatives à la primature en la transformant à une Chefferie du gouvernement présidée par le parti ayant été classé premier lors des élections législatives.

De son point, les politiques menées par les gouvernements Benkirane et El Othmani n’étaient pas fondées sur un programme de développement, mais ils ont opté pour des politiques de gestion sectorielle dénuées d’une conception globale.

Le leader du plus grand parti de l’opposition a considéré que « les gouvernements qui se sont succédé après la Constitution de 2011 « ont plié l’échine devant certaines réformes imposées par les exigences de la mondialisation, sans les construire en fonction des particularités et des contraintes de la réalité marocaine ».

Ouahbi a, dans ce sillage, qualifié les bilans des gouvernements Benkirane et El Othmani de « désastreux à tous les niveaux ». Il a, également, profité de l’occasion pour parler de la crise provoquée par la propagation de la pandémie du coronavirus et critiquer vivement le parti présidant la coalition gouvernementale.

« La crise du Covid a montré la profondeur des déséquilibres de l’économie marocaine qui perdurent » et que « les gouvernements Benkirane et El Othmani ont été incapables de juguler ».

Ouahbi: « l’État a toujours été la force de proposition centrale »

Le leader du Tracteur a estimé que le nouveau modèle de développement préparé par la Commission royale spéciale « intervient à un tournant où il y avait un consensus entre les différentes composantes de la nation sur la nécessité de réaliser le grand saut vers le progrès et la prospérité ».

Il a, ainsi, souligné que les prochaines échéances électorales seront l’occasion pour les partis politiques de présenter des programmes, des visions et des solutions aux dilemmes de l’économie marocaine.

Au moment où les observateurs soulèvent la question sur l’utilité de la confrontation des programmes économiques lors des prochaines élections tant que le nouveau modèle de développement défini par l’État sera appliqué, Ouahbi a considéré que le chapeautage de ce débat public visant à construire une conception du modèle de développement « n’a rien de négatif contrairement à ce que d’aucuns croient ».

La présence de l’État en tant qu’acteur central et fort dans l’économie et la politique au Maroc, « est une réalité qui découle de la particularité du peuple marocain », a-t-il affirmé en notant que « l’État marocain a toujours été la force de proposition centrale qui incarne des solutions et alternatives, et toutes les revendications sociales ou politiques. »

Ouahbi a affirmé que les solutions dont le Maroc a besoin « doivent être réalistes, efficaces et profondément en adéquation avec notre particularité historique », considérant que « la volonté de réforme au Maroc est fortement présente depuis l’indépendance et le début de la construction de l’État national ».

Un programme concentré sur les secteurs sociaux

D’autre part, le programme électoral du PAM s’est concentré sur les secteurs sociaux de base, la santé, l’éducation et le logement. Le parti du tracteur s’est engagé à soutenir le plan national pour l’enseignement primaire, à travers la mise en place d’un réseau de sections pédagogiques sur une période de cinq ans, à raison de neuf milliers de classes par an.

Le parti a également inscrit parmi ses engagements en matière d’éducation, « la réhabilitation des femmes et des hommes d’enseignement, financièrement et moralement » ainsi que « la mise en place d’un accompagnement scolaire pour les élèves des écoles pendant leur temps libre, afin de donner aux élèves en retard la possibilité de réussir dans leur parcours scolaire ».

Dans le domaine de la santé, le Parti Authenticité et Modernité a annoncé qu’il s’engagerait, s’il dirige le gouvernement au cours du prochain mandat, à améliorer la situation des professionnels de Santé, à mettre en place un système de récompense basé sur la performance en échange de l’efficacité, et à déléguer certaines des missions du secteur public au secteur privé, afin de rationaliser au mieux les investissements publics dans le secteur de la santé.

Il s’est également engagé à faire bénéficier les citoyens bénéficiant du Régime d’assistance médicale (RAMED) ou encore de la Couverture sociale des services du secteur privé à condition que l’État paye la différence de coût des services.

La direction du PAM a exprimé sa conviction que le parti sera victorieux lors des prochaines élections législatives. Abdellatif Ouahbi a déclaré que les candidats du parti « feront de leur mieux pour obtenir des résultats positifs », ajoutant que « la première place est proche de nous, et nous ne sommes qu’à quelques centimètres d’elle, et nous ne manquons que d’un peu d’enthousiasme pour l’atteindre ».

 

Ouahbi : Le bilan du gouvernement est « désastreux », le PAM est proche de la victoire aux élections Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page