L’Espagne veut contenir l’influence du Maroc en se faisant de nouveaux alliés en Afrique

En quête de nouveaux partenariats en Afrique, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez cherche tant bien que mal à contenir l’influence du Maroc en tant que puissance régionale en Afrique. Ce qui en dit long sur la profondeur de la crise entre les deux royaumes. Décryptage.

Madrid essaye de profiter des nuages passagers entre le Maroc et les Etats-Unis, notamment, les remarques étatsuniennes en relation avec le traitement des procès des journalistes S.Raissouni et O.Radi, pour revoir ses cartes avec Washington et Rabat. Or, les relations entre celles-ci ne peuvent être ébranlées au vu de leur solidité permanente.

Dans l’attente de tourner la page du différend diplomatique avec Rabat, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez reprendra cette semaine sa série de visites à l’étranger avec une tournée africaine qui le conduira en Egypte, au Kenya et en Afrique du Sud.

La gêne diplomatique va durer

L’exclusion de Rabat de la seconde tournée africaine du Premier ministre espagnol laisse entendre que la gêne diplomatique entre le Maroc et l’Espagne aura tendance à durer plus longtemps que prévu.

Dans le but de se soustraire à la dépendance économique espagnole vis-vis de son premier client, le Maroc, Pedro Sanchez qui a lancé le programme « Plan Focus Afrique 2023 » visant à affermir le partenariat économique avec le continent africain.

Dans ce cadre, il s’est rendu, début avril dernier, en compagnie d’une délégation d’hommes d’affaires de son pays en Angola, au Ghana et au Sénégal.

Madrid a justifié sa procrastination par des raisons sanitaires liées à la pandémie, qui n’ont pas empêché pour autant le Premier ministre de se rendre à d’autres pays africains.

Madrid ne veut pas prolonger la crise avec Rabat. Elle redoute la survenance de nouveaux revers face à l’insistance du Maroc à obtenir des explications sur l’affaire Ibrahim Ghali et sa volonté de régler la question du Sahara et de ne laisser aucune possibilité aux Espagnols de manœuvrer sur ce dossier. C’est pourquoi elle cherche à contenir l’influence du Maroc sur le continent.

L’Espagne veut contenir l’influence du Maroc en Afrique

Le chercheur en relations internationales, Abdelhamid Benkhattab, a confié dans ce sens à Hespress Ar que « l’arrivée de Podemos au pouvoir a constitué un choc au niveau de la politique étrangère espagnole » en considérant que « ce parti radical a eu un impact négatif sur les relations maroco-espagnoles ».

Pour Benkhattab le fait que « la visite de Sanchez inclut les piliers du continent africain voudrait dire qu’il cherche à contrebalancer le Maroc dans le cadre de ses alliances dans la région ».

Ainsi, affirme-t-il, « la crise avec Madrid va se prolonger tant que le gouvernement Sanchez est maintenu ».

Ce spécialiste des relations internationales explique que « Madrid cherche à combler le vide laissé par le Maroc dans ses relations avec l’Afrique ».

« Cette tendance explique la volonté du gouvernement espagnol de contenir l’étendu de l’influence du Maroc en Afrique, étant donné que le Royaume est une puissance régionale », conclut ce professeur des sciences politiques à l’Université Mohammed V.

L’Espagne veut contenir l’influence du Maroc en se faisant de nouveaux alliés en Afrique Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page