Covid-19 : Les jeunes de plus en plus touchés au Maroc, les experts appellent à la vigilance

Les experts marocains suivent de très près l’évolution de la situation épidémiologique au Maroc et dans le monde. Et leurs conclusions laissent prévoir une crise sanitaire similaire à celle de l’année dernière à la même période alors même qu’en 2020, le Maroc avait fermé son espace aérien. Tour d’horizon sur la situation épidémiologique au Royaume, qui reste sous contrôle, mais qui peut basculer à tout moment. 

Au Maroc, les indicateurs épidémiologiques sont passés de l’orange au rouge. A en croire les données du ministère de la Santé, le Royaume a recensé, pendant la semaine du 5 juillet au 11 juillet, 7.912 cas de contaminations au Covid-19, contre 4.874 la semaine du 28 juin au 4 juillet soit une hausse de 3.038 cas de contamination en une semaine.

Pour les actifs, ils sont passés de 4.083 la semaine du 28 juin, à 5.361 la semaine du 5 juillet, soit une hausse de 1.278 cas actifs en une semaine tandis que les cas sévères en réanimation sont passés, sur la même période, de 217 cas à 256 cas (+39 cas en une semaine). Le taux d’occupation des lits de réanimation, lui, était de 9,7 % au dimanche 11 juillet.

Cette explosion de cas de contamination au Royaume et la hausse des cas actifs et sévères a été soulevée par les experts nationaux, notamment Dr Abdelhafid Oualalou, Pharmacien et biologiste, également vice-président de l’Institut marocain des relations internationales (IMRI), qui s’est confié à Hespress Fr.

« Nous sommes très inquiets de la situation épidémiologique dans le pays. L’abandon des mesures barrière par les citoyens est devenu général aujourd’hui, presque dans toutes les villes du Royaume et dans tous les lieux où il y a les rassemblements et une concercration de la population. Il s’agit d’une responsabilité individuelle, certes, mais elle est aussi collective pour pouvoir atteindre cette immunité collective de 70 à 80 % si la campagne de vaccination continue comme elle se fait actuellement avec des acquis pour notre population« , nous indique Dr Oualalou dans un premier temps.

Cette inquiétude observée chez les spécialistes du Covid-19 est essentiellement due à « la circulation agressive du virus et le variant Delta qui se propage un peu partout dans le monde, notamment dans le pourtour méditerranéen comme le démontre la situation en Algérie, en Tunisie en Espagne ou encore au Portugal », soulève notre interlocuteur.

Dans ce sens, Dr Oualalou est revenu sur la décision du Royaume de changer ses conditions d’accès au territoire national en ajoutant à la liste B, la France, l’Espagne et le Portugal. Selon lui, « le Maroc était obligé d’intégrer ces pays dans la liste B au vu de la situation épidémiologique très inquiétante dans ces pays », et qui peut avoir un impact sur le nôtre.

« Nous avons remarqué une hausse des cas actifs qui s’établit ce lundi à 8.267 (1.52%). Pour les cas graves, l’occupation des lits de réanimation a augmenté à 9.7 %. Nous avons remarqué que les personnes présentes en réanimation ou sous intubation ne sont pas encore vaccinées, notamment des jeunes puisque le variant Delta, plus dangereux par sa force de circulation dans l’espace, n’attaque pas uniquement ceux ayant des maladies chroniques, mais toute catégorie d’âge« , explique notre interlocuteur.

Le malheureux constat aujourd’hui est que « les jeunes sont plus touchés par le Covid-19, vu qu’on parle de 35% de non vaccinés et de jeunes qui sont hospitaliers en réanimation » poursuit Dr Oualalou. Et il y a de fortes chances que ça augmente avec cette saison estivale, l’arrivée des MRE et Aid Al Adha aussi qui va être l’occasion de grands déplacements vers des régions où le nombre de cas est très faible, nous confie le biologiste.

« Nous sommes très inquiets parce qu’on a connu la même situation l’année dernière lorsque les cas positifs ont explosé avec un pic de 35.000 cas en novembre 2020« , rappelle Dr Oualalou, « raison pour laquelle, dit-il, le ministère de la Santé a commencé à élargir le cercle de vaccination aux 35 ans- 39 ans » pour éviter un tournent épidémiologique.

Ainsi, Dr Oualalou appelle les citoyens, éligibles à la vaccination, à se faire vacciner en urgence. « Les centres de vaccination sont ouverts même les dimanches. Les gens qui ont des maladies chroniques, qui souffrent de pathologies lourdes, doivent absolument se faire vacciner« , insiste-t-il.

Avec l’allègement des mesures restrictives qui intervient avec la saison estivale, Dr. Oualalou préconise la vaccination des professionnels au front, notamment les professions en relation avec le tourisme (cafés, restaurants, hôtels ..) mais aussi ceux travaillant dans les sociétés d’événementiel vu le contact direct qu’ils ont avec la population, notamment les personnes arrivant de l’étranger.

« Le virus est là, il vit avec nous, raison pour laquelle nous appelons les citoyens à plus de vigilance et au respect des mesures barrières et surtout l’importance de la vaccination. Allez-vous faire vacciner« , conclut notre interlocuteur.

Il convient de rappeler que jusqu’à lundi 11 juillet, 10.552.219 personnes ont bénéficié de la première dose du vaccin anti-covid, alors que 9.310.662 peuvnt être considérées comme totalement vaccinées.

Par ailleurs, et selon les données obtenues par Hespress Fr, 3.400 personnes vaccinées ont contracté le covid-19, pour un total de population couverte de 34%. En ce sens, les experts ont toujours affirmé que le vaccin ne protège pas à 100% contre le virus, mais contre ses formes graves de ce dernier.

Covid-19 : Les jeunes de plus en plus touchés au Maroc, les experts appellent à la vigilance Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page