Omar Radi saisit les Nations Unies

Le journaliste Omar Radi en détention provisoire depuis 311 jours, a saisi ce mardi 13 juillet le Groupe de travail des Nations Unies contre la détention arbitraire.

Par le biais de ses avocats belges et français, William Bourdon, Christophe Marchand et Nicolas Cohen, sous la coordination de son avocat marocain, Miloud Kandil, Omar Radi a saisi ce mardi le Groupe de travail onusien.

Selon un communiqué du cabinet d’avocat Jus Cogens parvenu à Hespress FR, « ce groupe de travail a été institué en tant qu’instance quasi-judiciaire afin d’étudier en tout indépendance les cas de détention arbitraire qui lui sont soumis ».

Le cabinet bruxellois rappelle que « ce groupe de travail a déjà émis plusieurs avis à l’égard du Maroc (notamment concernant le journaliste Taoufiq Bouachrine NDLR) et d’autres Etats, en considérant que les détentions étaient liées à des violations soit du procès équitable, soit de la liberté d’expression ».

« Omar RADI est aujourd’hui emprisonné depuis 311 jours en détention préventive, suite à des allégations d’espionnage et d’agression sexuelle qu’il nie », soutient la même source.

« Ses avocats réclament qu’il soit jugé de manière équitable et bénéficie de toutes les garanties dues à toute personne poursuivie. Ils réclament également son acquittement et sa remise en liberté. La procédure devant le groupe de travail est confidentielle », peut-on lire sur ledit communiqué.

Rappelons que l’avocat l’avocat international belge, Christophe Marchand, arrivé le soir du lundi 28 juin sur le sol marocain, a été interpellé à l’aéroport Mohammed V et expulsé le mardi 29 juin vers Bruxellles.

Omar Radi saisit les Nations Unies Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page