Covid-19 : Malgré une recrudescence de cas, le Maroc bon élève grâce au vaccin

N’en déplaise aux haineux, la situation sanitaire n’est  pas aussi catastrophique au Maroc, que ne le prétendent certains et ce, malgré une augmentation significative du nombre de contaminations voire de décès par rapport à l’accalmie d’avant cette hausse soudaine enregistrée lors de la  dernière quinzaine ( durant la semaine écoulée, le Royaume a recensé une moyenne de 842 contaminations quotidiennes).

Depuis le début de sa campagne de vaccination, fin janvier, le Royaume, qui compte 36 millions d’habitants, a déjà complètement vacciné 9 221 525 personnes dont 10 356 845 primo-vaccinées selon les chiffres du ministère de la santé de la journée de dimanche 11 juillet 2021 avec des doses Sinopharm et AstraZeneca. Malgré une campagne de vaccination allant bon train, le Royaume compte tout de même, en ce même jour, 542 462 cas confirmés, pour 9 369 décès (soit un taux de mortalité de 1,74%), pour 524 826 guérisons. Par ailleurs il se dit également qu’au Maroc, seuls 0,037% des personnes complètement vaccinées ont été atteints de Covid ce qui en d’autre termes signifie que sur 10 000 personnes inoculées, moins de 4 personnes auront des accointances avec Dame Covid et encore, sous une forme modérée ou bénigne d’où l’extrême importance de se faire vacciner, seule solution pour éviter de développer la maladie sous toutes ses formes.

Depuis le début de la pandémie au Maroc en mars 2020, on a enregistré que, seuls moins de 3 500 cas sur les 542 000 malades atteints de Covid, avaient au préalable reçu leurs deux doses. Un constat qui prêterai à encourager les personnes à se faire vacciner. Il y va de soi que les précautions de circonstances à savoir le maintien des gestes barrières et de la distanciation physique doivent demeurer de mise avec ou sans vaccin. D’ailleurs à ce propos, on trouve dans les services de réanimation dans nos établissements hospitaliers que la majorité des patients n’ont pas été inoculés ou n’ont pas au meilleur des cas reçu leur seconde dose de vaccin. Le Maroc qui a fait de la vaccination une priorité pour surmonter ce fléau, sous instructions Royales, a annoncé, lundi, le lancement de son projet de fabrication locale du vaccin chinois Sinopharm, avec à court terme, une capacité de production de 5 millions de doses par mois. Une capacité qui sera progressivement démultipliée, selon l’exécutif. Le projet nécessite un investissement global d’environ 421 millions d’euros. Cette décision royale fait suite à l’accord de coopération signé entre le Maroc et le géant pharmaceutique chinois Sinopharm en août 2020 dans le cadre d’un transfert de technologies pour une future production dans le Royaume. 

C’est la société Sothema, déjà productrice d’actifs cancéreux et possédant plusieurs chaînes de fabrication de seringues pré-remplies dans la banlieue de Casablanca, qui a été choisie. Le royaume veut à travers ce projet étendre  sa souveraineté sanitaire pour d’abord ne plus dépendre d’entités extérieures en matière de production de vaccins, mais également, afin de devenir une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du continent africain et à l’international. Toujours dans le domaine de l’inoculation, le royaume a également signé, début juillet, un accord de partenariat avec le suédois Recipharm pour développer une chaîne de production d’autres vaccins à destination de tout le continent. Un continent frappé de plein fouet par une troisième vague et la propagation du variant Delta,

Le Maroc a annoncé le 4 juillet la réouverture « progressive » de ses frontières aériennes à partir du 15 juin, après des mois de suspension avec une cinquantaine de pays, en raison de la pandémie de coronavirus. Ces derniers jours, le Maroc a assoupli plusieurs restrictions liées à la chose Covid-19 : mise en place d’un pass-vaccinal permettant de voyager à l’étranger, de se déplacer sans restrictions au niveau national tandis que le couvre-feu nocturne était allégé passant de 20h à 23h sans oublier l’ouverture des restaurants tolérée plus tardivement jusqu’à l’heure du couvre-feu. Les autorités ont également autorisé la reprise des prières collectives, les cinémas et les théâtres, tout comme les piscines publiques qui ont à nouveau rouvert, après près de quinze mois de fermeture. Le Royaume ne devrait donc pas, au vu de sa campagne de vaccination pour l’heure toute de succès et de cette réouverture progressive au monde, revenir à des mesures de confinement strict, après avoir fait le constat que le couvre-feu, confinements localisés et l’interdiction des transports entre les villes n’ont pas réellement suffi à éteindre une propagation du virus, qui de ses pics imposait des dictats en fonction de son gré. En maintenant le cap pour atteindre ses objectifs et dont le premier est l’immunité collective, qui se rapproche à chaque jour que Dieu fait, le Royaume doucement et sûrement se retrouve à la sortie d’une crise sanitaire et entrevoit le bout du tunnel que d’aucuns des pays des plus développés lui envient.

Covid-19 : Malgré une recrudescence de cas, le Maroc bon élève grâce au vaccin Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page