Coronavirus : ce variant Delta qui ne vous veut pas que du bien…

Responsable jusqu’à 4% des nouvelles contaminations et pire que le furet, le Variant Delta (indien), court, court un peu partout à travers la planète. Tant et si bien qu’il s’est même déjà muté en Variant Delta Plus (un variant hybride, dont la mutation a des caractéristiques identiques aux variants anglais et indien et serait « transmissible rapidement dans l’air). Mais qui est cet effronté qui est en train de remplacer le variant Alpha et qui fait tant craindre quant à la santé des peuples ?

Le variant indien ou « Delta » a été repéré pour la première fois le 5 octobre 2020 près de Nagpurune ville du centre de l’Inde située dans le Maharashtra. C’est un nouveau mutant du Sars-CoV-2, virus responsable de la pandémie de la Covid-19, qui résulte de quinze mutations spécifiques, est-il dit à New Delhi dans les plus hautes sphères des épidémiologistes. Ce variant indien s’apparente pour l’heure aux variants brésiliens et sud-africains.

Son nom scientifique B.1.617.2, dont le lignage du même nom, comprend 3 sous-lignages, caractérisés par des mutations L452R et P681R en l’occurrence,  le B.1.617.1 (Kappa), le B.1.617.2 (Delta) et le B.1.617.3 dont on ne sait pour l’heure que son nom de baptême. Le Delta, fréquent, (en Inde, Royaume-Uni, Etats-Unis …) et qui se propage sans peur et sans reproche et qui nous intéresse est classé comme « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Il est devenu évident que davantage de risques pour le public sont associés au B.1.617.2, tandis que des taux de transmission moindres ont été observés avec les autres sous-lignées », précise l’OMS dans son point épidémiologique hebdomadaire sur la pandémie.

Le variant Delta devient de plus en plus majoritaire dans de nombreux pays et gagne du terrain, une pré-étude de l’OMS prévoyant même un rebond épidémique à la fin de l’été aussi, les gouvernements en appellent à la vigilance et surtout à se faire vacciner. Au Royaume-Uni, le Delta représente la quasi-totalité des nouveaux cas enregistrés.

Au Portugal plus de la moitié des nouveaux cas de contamination au coronavirus diagnostiqués dans la région de Lisbonne, sont désormais imputables au variant dit indien​. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a mis en garde contre une nouvelle vague ​de contaminations après une hausse du nombre des malades imputée au variant Delta, introduit en Israël par des voyageurs. Moscou a annoncé imposer à compter du 28 juin un pass-sanitaire pour aller au restaurant, afin de contrer la flambée du Covid-19 due à cette mutation.

Ses symptômes ? Ils sont typiques à ceux de Dame Covid, il n’en reste pas moins qu’il est plus contagieux que les autres souches. Par ordre décroissant on va dire, maux de tête, congestion nasale, maux de gorge, douleurs musculaires, parfois diarrhée, ou saignement du nez ou de la gorge, toux et éternuement fréquents caractérisent l’emprise du virus sur le corps humain. Bref, des symptômes qui s’apparentent à « un mauvais rhume » surtout chez les personnes jeunes « qui de toute manière développeront si atteints, ces symptômes même si plus légers. Ainsi, le premier symptôme serait le mal de tête, suivi d’un mal de gorge, d’un écoulement nasal et de la fièvre. La perte d’odorat n’apparaît pas dans le top de ces symptômes.

Maintenant s’interroger sur sa résistance aux vaccins serait dénué de tous sens à l’instar des autres qui sévissent toujours. Toujours est-il que la « stratégie de vaccination réactive » (vacciner l’entourage des personnes infectées) est recommandée. Mais il est dit que, le variant indien diviserait par trois le nombre d’anticorps produits par les vaccins Moderna et Pfizer bien qu’ils se soient montrés efficaces. Quant au vaccin AstraZeneca : « Deux positions (les mutations préalablement décrites) semblent être particulièrement puissantes, parce qu’elles peuvent échapper aux anticorps« .

Toutefois, une étude, réalisée notamment par l’Université d’Oxford et dont l’objectif était d’étudier l’efficacité des vaccins COMIRNATY® (Pfizer) et VAXZEVRIA® (AstraZeneca) contre le variant Delta, a montré que l’efficacité vaccinale contre les formes symptomatiques de l’infection reste élevée après l’administration de 2 doses de vaccin. L’étude de Public Health England (PHE) du 14 juin montre une protection à 92 % contre les hospitalisations dues au variant Delta après deux doses du vaccin AstraZeneca.

Coronavirus : ce variant Delta qui ne vous veut pas que du bien… Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page