Le pouvoir algérien coupe internet pendant le BAC et perd 100 millions de dollars par jour

L’Algérie est secouée par les épreuves du Baccalauréat qui ne se sont pas déroulées normalement, encor une année. Les autorités ont coupé internet dans tout le pays pour éviter les tricheries, laissant les entreprises faire des journées chômées, causant ainsi plus de 100 millions de dollars de pertes.

Une fois de plus, les autorités algériennes ont verrouillé internet, mettant certaines régions du pays dans une situation de black out total depuis dimanche. Les coupure ont commencé à 8 heures du matin (HL) jusqu’à 17 heures.

Si les dernières semaines le pouvoir algérien avait usé de cette méthode pour empêcher la diffusion d’images, vidéos et messages pendant les marches du Hirak, afin d’éviter que la situation ne soit médiatisée à l’étranger, cette fois-ci, c’est pour éviter la triche dans les épreuves du BAC que le gouvernement y a eu recours.

Mais ce n’est pas la première année que le pouvoir en fait usage, il s’agit de la 6ème année suivie où internet est perturbé dans le pays sans que les autorités ne l’annoncent, mettant la population dans une situation de fait accompli.

Les Algériens ont dénoncé une nouvelle atteinte à leurs libertés notamment celle des consommateurs qui paient ces connexions internet mais qui ne peuvent pas en profiter à cause de la politique abusive du pouvoir qui systématiquement coupe internet ou bloque les réseaux sociaux pour réprimer la liberté d’expression.

Et c’est le silence des autorités et d’Algérie Télécom qui a le plus révolté la population qui estime être en droit d’être notifiée ou consultée avant une prise de décision qui impacte les entreprises et peut causer de graves problèmes.

Ce n’est qu’au troisième jour des épreuves du BAC que le Algérie Télécom, l’opérateur public ayant le monopole dans le pays, a fait un communiqué, en parlant d’une « restriction de l’accès à certains réseaux pour une durée déterminée », au moment où les Algériens ont été nombreux à dénoncer le blocage de tout internet.

Le principal opérateur télécom dans le pays a simplement indiqué qu’il« veille à accompagner le déroulement des examens du baccalauréat afin de contribuer au succès de la session 2021 et de lui assurer plus de crédibilité et d’intégrité ».

Pourtant plusieurs voix s’élèvent contre cette technique utilisée par les pouvoirs publics et ne comprennent pas comment l’Etat choisi de pénaliser tout le pays alors qu’il est possible de mettre en place des brouilleurs de réseau dans les classes d’examen.

En 2020, ONG Netblocks avait estimé que chaque jour de coupure d’internet coute au PIB du pays quelque 101.831.930 de dollars soit 12.221.662.298 Dinars algériens (soit 1200 milliards de centimes). En 5 jours de coupures, les pertes avaient été estimées à 68 millions de dollars pour la coupure de l’accès aux réseaux sociaux et 509 millions de dollars pour la coupure générale de l’accès internet.

Le pouvoir algérien coupe internet pendant le BAC et perd 100 millions de dollars par jour Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page