L’isolement, une mesure dure pour les voyageurs ‘liste B’, mais nécessaire pour la stabilité sanitaire du pays

Depuis la reprise progressive des vols de et vers le Maroc depuis le 15 juin, un nombre important de Marocains résidant à l’étranger sont rentrés au pays cette semaine. À en croire les chiffres dévoilés par la Royal Air Maroc, et depuis l’annonce des offres exceptionnelles lancées suite aux instructions royales, quelque 120.000 réservations de vols ont été enregistrées en 24 H (dimanche 13 juin).

Cela dit, l’annonce progressive de l’ouverture des vols de et vers le Maroc a été accompagnée par une batterie de mesures pour limiter la propagation du coronavirus qui circule toujours dans le pays. Ainsi, il a été procédé à une catégorisation des pays, liste A et liste B, sur la base des recommandations du ministère de la Santé, et des données publiées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ou encore les pays eux-mêmes. Les pays figurant dans les deux listes changent au quotidien selon la situation épidémiologique de même que les conditions d’accès au Royaume.

Pour la liste A, elle comprend tous les pays aux indicateurs positifs en termes de maîtrise de la situation épidémiologique, notamment les nouveaux variants. Les voyageurs en provenance de ces pays, qu’ils soient Marocains, originaires de ces pays, Marocains ou étrangers y résidant, doivent disposer d’une attestation de vaccination ou d’un test PCR négatif de moins de 48 heures, ajoute le ministère, notant que les titulaires d’une attestation de vaccination étrangère bénéficieront des mêmes avantages offerts par celle délivrée par les autorités marocaines.

Pour ce qui est de la liste B, elle comprend les pays non concernés par les mesures d’allègement contenues dans la liste A, et qui enregistrent une circulation des nouveaux variants du virus, ou ne disposent pas de statistiques actualisées sur la situation épidémiologique. Les voyageurs en provenance de ces pays doivent disposer d’un test PCR négatif de moins de 48 heures, et observer un isolement sanitaire de 10 jours dans l’un des établissements hôteliers autorisés par les autorités compétentes et dont la liste a été dévoilé récemment.

Et c’est cette dernière condition qui a posé problème pour les MRE résidant dans les pays de la liste B. Ces derniers se plaignent du fait qu’ils doivent non seulement s’isoler pendant une dizaine de jours mais également payer les frais de leur hébergement au sein des structures hôtelières désignées pour leur période quarantaine.

« Nous n’avons pas vu nos familles depuis plus d’un an et demi. La crise sanitaire a été dure financièrement pour tout le monde, même ceux qui habitent à l’étranger. On ne peut pas se permettre de venir passer nos vacances auprès de nos familles, avec tous les frais qui va avec, et en plus payer une dizaine de jours d’isolement dans un hôtel. C’est inconcevable« , a protesté sur Facebook un MRE résidant à Oman, pays figurant dans la liste B.

Sur les réseaux sociaux, les vidéos des MRE réclamant la levée de cette mesure sont nombreuses. Plusieurs MRE, ayant déjà été vaccinés dans leur pays de résidence, estiment que le test PCR est largement suffisant pour leur entrée au Maroc. Mais les avis des scientifiques divergent sur ce point.

Selon Pr. Moulay Mustapha Ennaji, virologue et directeur du laboratoire de virologie à l’Université Hassan II de Casablanca et membre du Comité scientifique anti-covid, il faut être très vigilant surtout à la lumière de tout les variants Covid-19 qui circulent toujours à travers le monde, notant que même si la personne est vaccinée, cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas porteuse du virus et qu’elle peut même le transmettre.

Ce membre du comité scientifique anti-covid cite l’exemple du Canada qui impose à ses ressortissants qui veulent rentrer sur son territoire, et en plus d’un test PCR négatif, l’isolement pour une période déterminée (5 à 10 jours). Cet isolement permet de s’assurer que le virus et totalement absent chez la personne même si elle est vaccinée.

Il rappelle dans ce sens qu’une personne vaccinée peut toujours être contaminée, et de ce fait, elle peut toujours transmettre le virus à d’autres personnes.  » Et c’est l’effet de l’immunité qui joue par la suite. Les anticorps essayent de lutter contre l’antigène, et ce dernier essaie de se multiplier. Soit les anticorps prennent l’avance et combattent le virus soit c’est l’inverse. Et c’est un phénomène connu en immunologie qui donne suite à des maladies persistantes. Et cet isolement permet justement de s’assurer que le virus est absent dans le corps de la personne« , explique-t-il.

Mais selon un autre membre du comité de vaccination anti-covid, qui a préféré garder l’anonymat, « si une personne est vaccinée, un test PCR est suffisant, sans isolement ». Pour écarter le moindre doute, le gouvernement marocain a préféré maintenir cette mesure « draconienne » aux yeux des MRE, mais nécessaire pour la sécurité sanitaire des citoyens et le maintien de la stabilité épidémiologique dans le pays.

Mais comme précisé par les autorités compétentes, les conditions d’accès des MRE au Royaume sont mises à jour au quotidien selon la situation épidémique dans le pays et à l’international.

L’isolement, une mesure dure pour les voyageurs ‘liste B’, mais nécessaire pour la stabilité sanitaire du pays Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page