Les enseignants du secondaire déclarent une nouvelle grève de quatre jours

En dépit des rencontres récemment tenues entre le ministère de l’Education nationale et des syndicats représentant le secteur, la Coordination nationale des enseignants du secondaire qualifiant a résolument choisi d’organiser une grève nationale de quatre jours, persévérant ainsi dans ses protestations.

la Coordination nationale des enseignants du secondaire qualifiant a lancé un appel fort à la mobilisation en annonçant une grève nationale du 13 au 16 décembre 2023, marquée par des manifestations devant les académies régionales et les directions provinciales du ministère de l’Education nationale, le jeudi 14 décembre à 11 heures. De plus, elle prévoit des manifestations partielles dans les établissements, tant le matin que le soir, pendant deux heures.

Dans un communiqué, la Coordination a dénoncé la désinformation orchestrée par le ministère à travers ce qu’il qualifie de « soutien éducatif national », un concept qui, selon eux, menace les principes de qualité, de professionnalisme et de réforme. Le communiqué souligne la violation de la sacralité de l’école publique et la dépréciation de l’acte éducatif et de la profession de l’éducation et de la formation.

Ces actions sont une réponse directe à la persistance du ministère dans sa politique d’intimidation envers les enseignants, caractérisée par des suspensions arbitraires dans de nombreuses directions sous des prétextes illégaux, note la même source. Celle-ci accuse le gouvernement de dissimuler son incapacité et d’éclipser sa responsabilité nationale face à la détérioration systématique du secteur de l’éducation.

La Coordination critique également les dialogues biaisés et superficiels du gouvernement, dépassant les véritables préoccupations du corps éducatif, notamment le nouveau « système d’esclavage fondamental« .

La Coordination a ainsi exprimé son soutien inconditionnel à tous les enseignants victimes de la violence et du ciblage administratif, condamnant les pratiques arbitraires subies par Chakib El Khayi. En outre, elle salue les luttes courageuses des femmes et des hommes de l’éducation en défense de leurs droits justes et légitimes.

Elle a souligné que la résolution authentique pour émerger de cette crise tenace repose sur l’abrogation du système fondamental et la satisfaction des revendications de l’ensemble des acteurs de l’éducation, transcendant toutes les catégories.

La Coordination a fortement plaidé en faveur de l’unité de la lutte sur le terrain, appelant à une collaboration étroite avec toutes les coordinations actives et structurées afin de contrer toute atteinte aux droits du corps éducatif. Dans cette démarche, elle a réaffirmé catégoriquement le rejet des détournements affectant les salaires des enseignants.

Par ailleurs, l’union a exigé la restitution des « salaires volés », déclarant que cette injustice illégale serait confrontée par le refus de compenser le temps scolaire, une responsabilité exclusive du ministère.

Le communiqué a entériné la prolongation de la suspension des examens de contrôle continu, tout en soulignant l’appel à tous les enseignants de maintenir le boycott des activités scolaires, englobant le suivi éducatif et l’enseignement à distance, ainsi que les rencontres éducatives, les formations, les visites des inspecteurs et les événements sportifs.

Les enseignants du secondaire déclarent une nouvelle grève de quatre jours Hespress Français – Actualités du Maroc.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page