Affaire Hassan Tazi : Le chirurgien refute la prise de photos de patients

Le chirurgien esthétique Hassan Tazi, accusé de trafic d’êtres humains, a tenté de se disculper en rejetant toute implication dans la prise de photographies des patients à l’intérieur de sa clinique, prétendument dans le but de solliciter des bienfaiteurs.

Devant la Cour d’appel de Casablanca lors de l’audience de ce vendredi, Tazi a plaidé son innocence, affirmant n’avoir aucune connaissance des clichés des patients. Il a souligné que les lois internes de sa clinique, « Achifaa » à Casablanca, ainsi que les codes éthiques de la profession médicale, proscrivent catégoriquement une telle pratique.

Accompagné de sa femme, de son frère, de ses employés de la clinique et d’une personne se présentant comme une bienfaitrice, le plasticien a vigoureusement souligné l’interdiction absolue de prendre des photos, citant l’article 40 de la loi interne à l’appui.

« Il incombe à celui qui a pris des photos d’assumer seul la responsabilité de ses actes, car il a violé la loi interne de la clinique. La prise de telles photos est formellement interdite« , a-t-il précisé, se référant à une patiente brûlée.

Ainsi, Tazi a rejeté toute connaissance des photographies des patients, déclarant au juge : « Je ne suis pas au courant de la diffusion de ces photos. Il est bien connu que je suis rigoureux en matière de confidentialité professionnelle, et toute personne travaillant avec moi en est consciente« .

Il a poursuivi en citant l’article 114 de la loi interne de la clinique : « Toute infraction liée à la divulgation de secrets professionnels peut entraîner des sanctions pour le fautif, la clinique n’étant pas responsable des violations de la confidentialité commises par ses employés, ces derniers assumant seuls les conséquences de leurs actes« .

Le suspect a précisé que personne n’a contribué financièrement au dossier présenté devant le tribunal, assumant personnellement les frais estimés entre 150.000 et 200.000 dirhams.

Visiblement ému par son procès, Tazi a versé quelques larmes, surtout lors de l’examen du dossier des patients brûlés traités dans sa clinique.

« Depuis l’ouverture du service des brûlures, je n’ai reçu aucun dirham, alors que le traitement des brûlures en Europe coûte au moins 3.000 euros« , a-t-il souligné.

Le médecin a ajouté : « Je suis fier que le Centre Achifaa ait généré plus de 20 milliards. Les employés en bénéficient, et je n’ai pas tiré profit d’un seul dirham« .

Quant au tribunal, il a décidé de reporter l’affaire au 22 du mois en cours afin de convoquer des témoins.

Affaire Hassan Tazi : Le chirurgien refute la prise de photos de patients Hespress Français – Actualités du Maroc.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page