Le Maroc appelé à rapatrier les enfants marocains des djihadistes de Daech

Deux enfants d’un proche de Daech se trouvent bloqués en Turquie depuis deux ans sans pouvoir retourner au Maroc, leur parents, soutenus par le secrétaire général du PAM, appellent à leur retour au pays. Alors que plusieurs pays occidentaux rapatrient les enfants de djihadistes partis en Syrie, le Maroc n’a toujours pas réglé cette affaire. La question est sensible puisque leur nombre n’est pas déterminé et la question de l’après rapatriement pose problème.

Le sujet est tabou dans plusieurs pays, notamment européens. Le rapatriement des femmes et des enfants de combattants de l’Etat islamique partis en Syrie donne du fil à retordre aux gouvernements qui craignent de rapatrier des personnes portant des idées extrémistes, qui pourraient constituer une menace pour la stabilité du pays d’origine.

Par ailleurs, la question du rapatriement pose également le sujet des condamnations en justice et du traitement accordé à ces personnes, des fois, des familles entières, ayant choisi d’aller combattre en Syrie. Le sujet n’est pas populaire non seulement au sein du pouvoir politique mais aussi dans l’opinion publique dont une large partie n’est pas favorable au retour d’anciens combattants dont le projet a été vaincu.

Mais le sort d’enfants nationaux innocents retenus dans des camps insalubres, en Syrie en Irak ou en Turquie est en jeu. Des enfants orphelins qui pour la plupart qui ont perdu leurs parents dans la guerre, des enfants déplacés, abandonnés, qui sont nés dans un pays qui n’est pas le leur et, qui méritent de vivre dignement.

Au Maroc, si le sujet n’a pas été abordé, un père de deux enfants capturé par les Forces démocratiques syriennes en février 2019 et leur mère militent pour que leurs enfants rejoignent le Maroc et aillent vivre avec leur famille.

Le père de famille, Omar Ben Hamdan, a préparé « tous les documents attestant du droit de ses deux enfants à regagner la mère patrie », a plaidé le secrétaire général du Parti de l’Authenticité et de la modernité (PAM) dans une lettre adressée aux ministres de l’Intérieur Abdelouafi Laftit et des Affaires étrangères Nasser Bourita.

Les deux enfants Othman et Fatima, tous deux âgés de moins de cinq ans, sont bloqués en Turquie. Leur mère avait tenté de rejoindre son mari parti en Syrie avec leur fille ainée en 2014. Leur fille ainée est morte en Syrie à cause de la contamination de l’eau et de la nourriture. La lettre du chef du PAM n’indique pas toutefois si les enfants sont nés au Maroc, ou en Syrie, si l’épouse de M. Ben Hamdan avait réussi à le rejoindre en Syrie ou a été bloquée en Turquie.

Le père, décrit comme ayant été «séduit par certaines parties» par Abdellatif Ouahbi, aurait vite déchanté une fois arrivé en Syrie et aurait commencé à faire du commerce en attendant de pouvoir organiser son retour au Maroc, mais il n’a pas pu le faire puisqu’il a été arrêté et fait prisonnier par les Forces démocratiques syriennes.

Dans la lettre le secrétaire général du Parti de l’Authenticité et de la modernité (PAM) indique en faisant référence à Omar Ben Haldan, « sa fille a perdu la vie et sa femme et ses deux autres enfants l’ont rejoint par la suite ».

« Compte tenu de la situation humanitaire des deux enfants, Othman Ben Hamdan et Fatima Ben Hamdan, nous vous demandons de prendre les mesures nécessaires pour leur permettre de rejoindre leur famille au Maroc», appelle l’avocat et chef de file du PAM.

Le Maroc appelé à rapatrier les enfants marocains des djihadistes de Daech Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page