Nos startups misent sur la diversification de leurs produits au salon VivaTech de Paris

La cinquième édition (2021) du salon VivaTech, dédié aux start-up et à l’innovation avec, deux journées consacrées aux professionnels et une journée ouverte à tous, a ouvert ses portes à Paris et se déroulera du 16 au 19 juin à la Porte de Versailles, après une année où il l’a mise en veilleuse cause Dame Covid. Les séquelles de cette dernière étant toujours de circonstance,  le retour à la vie de l’événementiel dans la capitale française pour cet exercice se fera dans un mélange de présentiel et de distanciel.

Le salon VivaTech sera hybride et mêlera présentiel (60%) et digital (40%).  Physiquement il se déroulera dans un hall de Paris Expo Porte de Versailles d’une superficie de 25.000 m², contre 56.000 m² lors de la précédente édition, (2019) avec des conditions sanitaires strictes : la jauge du public sera limitée, le port du masque obligatoire, et les participants devront fournir un test négatif. Ce coup-ci, les conditions sanitaires ne permettront pas d’héberger autant de passionnés qu’en 2019, où l’édition avait réuni 124.000 visiteurs, 13.000 start-up et 3.000 grosses sociétés venues du monde entier.

De moindre envergure donc, VivaTech 2021 n’empêchera pas pour autant, d’aborder de nombreux sujets, à travers les conférences vidéos ou présentielles, 40% du contenu faut-il le rappeler sera en ligne, qui se veut le témoin de la reprise de l’activité du secteur événementiel. Plus de 500 exposants, dont 200 start-up, sont inscrits et des multiplex seront également organisés depuis l’Amérique du Nord, l’Asie et l’Afrique. Comme pour ses précédentes éditions, VivaTech réunit un parterre de dirigeants mondiaux importants au sein du secteur. VivaTech 2021 étant l’occasion de la découverte de toutes les innovations créées par une jeunesse mondiale talentueuse, on l’imagine, des thèmes comme, le futur du travail, l’économie numérique, la robotique, la cybersécurité ou encore la santé par ces temps qui courent, sont, à l’ordre du jour de ces rencontres.

L’Afrique est présente à ce rendez-vous, désormais devenu incontournable et deux Nations, le Maroc et la Tunisie, le représentent en force en jouant le rôle de locomotive du continent. le Maroc grâce au savoir-faire des entrepreneurs marocains dans le lancement de startups dans divers secteurs est représenté à ce grand rendez-vous mondial des startups et des leaders de l’innovation notamment par l’Université Polytechnique Mohammed VI (UM6P), un prestigieux établissement d’enseignement supérieur international spécialisé dans les sciences, la technologie, les sciences sociales et les affaires dont le campus principal est situé à Benguerir, au Maroc,  avec des succursales à Rabat et Laâyoun, ainsi que l’Office chérifien des phosphates (OCP), qui n’est plus à présenter. Le Royaume est un habitué de cet événement. Il était présent en 2019 avec un pavillon servant de vitrine à quelque 16 startups venues présenter l’expertise et l’innovation marocaine, et ce à l’initiative de l’Agence de Développement du Digital (ADD). Cette année le pavillon marocain sera constitué en plus des gros bonnets comme l’OCP leader de la nutrition végétale et premier producteur mondial d’engrais à base de phosphate et l’UMP6, de startups dédiées à des secteurs, minier, agricole robotique, technologie de l’information, biens de consommation, industrie, mobilité et transports, santé, développement de logiciels…

Des startups à vocation de collecte et de valorisation de données au Maroc, opérant dans les secteurs minier, agricole et géologique allant parfois jusqu’à l’autonomisation de l’agriculture africaine en  transformant les données ciblées des capteurs, drones, satellites et météo en solutions personnalisées pour les agro-acteurs à des fins d’optimisation de gestion et de coûts. Pour ce qui est des Technologies de l’information au service de l’agriculture, une startup nationale a développé une solution de capteur intelligent pour tester la qualité de l’huile d’olive, la cartographie des sols et le classement des fruits et grâce un dispositif utilisant un modèle d’intelligence artificielle intégré, il offre également une solution intelligente d’apiculture et d’irrigation. Dans le domaine des robots, la sécurité et le système d’aide à la conduite sont désormais un savoir-faire marocain qui n’a plus à faire ses preuves tout comme la santé du reste. Une start-up bien marocaine s’est spécialisée dans le développement et la fabrication de kits de diagnostic moléculaire in vitro, basés sur des technologies de biologie moléculaire pour l’identification, la quantification et le suivi de plusieurs maladies.

Mobilité et transport est un domaine que semble maîtriser l’entreprenariat marocain avec le développement d’une technologie autour des déplacements quotidiens dont devrait bénéficier la prochaine génération de transport de masse en Afrique. Une autre, notamment dans celui de la «Tech for Good» freelance de son état on va dire et se présentant sous le pavillon national, toute jeune et soutenue par un incubateur de startups de Tel Aviv à travers une structure d’accompagnement et d’appui en ce qui concerne l’hébergement, la formation, le conseil, voire le financement, lors de ses premières étapes de vie est également présente à Paris et a frappé d’emblée dans l’œil. Comme quoi notre jeunesse est à encourager.

Nos startups misent sur la diversification de leurs produits au salon VivaTech de Paris Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page