Violents affrontements entre forces de l’ordre et manifestants à Tunis

Des affrontements ont eu lieu et continuent d’avoir lieu à Tunis à l’avenue Habib Bourguiba entre des manifestants et les forces de l’ordre. La manifestation se voulait contre les dernières violences policières à Sidi Hassine. Plusieurs manifestants ont été arrêtés rapportent les médias tunisiennes.

De violentes échauffourées ont éclaté samedi à l’avenue Bourguiba à Tunis entre manifestants et forces de l’ordre suite au décès d’un jeune homme, ces derniers jours, dans la région de Sidi Hassine Séjoumi dans des circonstances obscures et l’agression « violente » d’un autre a rapporté l’agence TAP en fin d’après-midi. Lancement de bouteilles et des pierres, par les manifestants, en direction des forces de sécurité ont caractérisé l’origine du déclenchement des affrontements. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser et traquer les manifestants tout au long de l’avenue Bourguiba et ses artères adjacentes. Cette poursuite a été soldée par plusieurs arrestations. Agressé par des agents de police, un jeune manifestant s’est effondré au cours de ces échauffourées.

Les forces de l’ordre ont bloqué les accès à l’avenue principale par des barrières sécuritaires empêchant ainsi tout retour des protestataires. Une situation chaotique régnait toujours à la tombée du jour sur Tunis selon, les témoignages.

Peu avant l’éclatement des affrontements, des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège du ministère de l’Intérieur. « Dignité et liberté pour les quartiers populaires », ont-ils scandé, accusant de le ministère de l’Intérieur de « terrorisme ». Dans une déclaration publiée vendredi, plusieurs partis politiques de gauche et organisations nationales ont appelé à une manifestation à l’emblématique avenue Bourguiba, pour dénoncer « la politique répressive dont fait preuve le gouvernement ». Il s’agit notamment du mouvement Echaâb, le parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu), le parti des travailleurs, le Courant populaire, la Coalition Soumoud et l’Union générale des étudiants de Tunisie. La localité de Sidi Hassine Séjoumi connaît depuis quelques jours des affrontements entre les forces de l’ordre et les jeunes de la région.

Violents affrontements entre forces de l’ordre et manifestants à Tunis Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page