IMA : Une transformation pour en faire un musée à part entière

L’Institut du monde arabe (IMA) entre dans une nouvelle phase de transformation. Le 2 février, Jack Lang, président de l’IMA et sa directrice, Nathalie Bondil, ont présenté un projet ambitieux qui repense totalement l’Institution pour en faire un musée à part entière. Le Musée de France. C’est le nouveau nom que prendra désormais l’IMA.

Ce nouveau projet de transformation, labélisé Le Musée de France, intervient dans le cadre d’un programme ambitieux de réaménagement annoncé pour fin 2025-début 2026.

Doté d’un parcours permanent qui mettra en valeur la « première collection d’art moderne et contemporain arabe en Occident », le Musée de France comportera des projets allants du bâtiment à la scénographie en passant par les œuvres. Quel est donc l’élément déclencheur de ce vaste chantier ?

Selon Beaux arts, il s’agit de la donation. En effet, d’après la même source, et entre 2018 et 2022, il y a eu une donation de 1.677 œuvres par le couple de collectionneurs franco-libanais Claude et France Lemand, qui a ainsi accru la collection initiale de 340 %, la portant à 2.377 œuvres, parmi lesquelles des chefs-d’œuvre d’Etel Adnan, Ramsès Younane ou Baya.

« Également enrichi de prêts venant de musées du monde arabe, le nouveau parcours, qui mêlera fil chronologique et focus thématiques (sciences arabes, cultures autochtones, pionnières, photographie, décolonisation…), comprendra au total 3 400 œuvres datant de 1985 à aujourd’hui. Le tout dans une scénographie qui « réactivera le dialogue entre ombre et lumières présent dans les galeries d’exposition d’origine » et replacera le bâtiment de Jean Nouvel dans son environnement, notamment en ouvrant la vue sur le paysage parisien« , explique Beaux Arts.

Côté médiation, la même source avance que l’IMA se veut « plus pédagogique, notamment autour des questions de religion », avec une meilleure prise en compte du bien-être et du confort des visiteurs. Un espace « dédié à la santé » et un restaurant « pleinement métamorphosé » tourné vers la « découverte des cuisines arabes » seront proposés.

Concernant le « timing » de ce projet, Beaux Arts explique qu’il y a un contexte de tension lié à la question de la future présidence de l’institution.

« Car à 83 ans, Jack Lang, qui brigue un quatrième mandat (et rappelle être à l’origine de la création de l’IMA, dont il avait proposé la construction au président François Mitterrand en 1981), se heurte à un concurrent que certaines sources annoncent comme favori à sa succession : Jean-Yves Le Drian, ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères. De quoi faire de ce plan un plaidoyer de taille pour la reconduction de celui qui se décrit en mouvement continu », avance Beaux Arts.

IMA : Une transformation pour en faire un musée à part entière Hespress Français – Actualités du Maroc.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page