Des associations appellent l’Etat à répartir équitablement les richesses

Rabat a été le théâtre, ce dimanche 4 décembre, d’une manifestation d’organisations civiles à l’appel du Front social marocain pour dénoncer la vague de prix élevés dans le pays. 

Les participants à la marche ont protesté contre les prix élevés des aliments de base, contre la « hogra », pour réformer le système éducatif et permettre aux Marocains d’accéder à des services de santé publique de qualité, et offrir des opportunités d’emploi aux chômeurs.

Tayeb Modad, membre du bureau central de l’Association marocaine des droits de l’homme et coordinateur du Front social à Salé, a déclaré : « Cette marche intervient dans le contexte de la crise réelle que traverse le pays et d’une atteinte aux droits et libertés et la subsistance quotidienne des citoyens ».

Modad a ajouté que « le peuple marocain souffre des prix élevés, du chômage et veut l’amélioration des services publics comme l’école et l’hôpital. »

Notre source a également souligné que « le Maroc n’est pas un pays pauvre, mais dispose plutôt d’une variété de ressources, y compris les ressources marines, halieutiques et minérales, ou encore le phosphate, qui est une richesse énorme pour les Marocains ». Il a souligné que « l’alternative est de construire un État démocratique qui distribue équitablement les richesses au peuple ».

Les manifestants ont exposé des slogans et des revendications sociales et de droits humains, dont la plus importante est la libération des prisonniers politiques et d’opinion.

Dans le même contexte, le militant des droits de l’homme Khalid El Bakari a déclaré : « L’un des objectifs poursuivis par une politique autoritaire est de créer une atmosphère d’intimidation au sein de la société, afin que les citoyens se taisent et ne dénoncent pas la corruption », ajoutant : « Le temps est venu, à la lumière de ces circonstances, pour une percée des droits de l’homme. »

Des associations appellent l’Etat à répartir équitablement les richesses Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page