L’ex-président Nicolas Sarkozy rattrapé par les affaires judiciaires

L’ancien président Nicolas Sarkozy, dont le procès en appel dans l’affaire dite des « écoutes » s’ouvre lundi, vit sa retraite politique sous forte pression judiciaire.

Première condamnation

Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy a été condamné en première instance, le 1er mars 2021, par le tribunal correctionnel de Paris à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption et trafic d’influence.

Il a été reconnu coupable d’avoir tenté, avec son avocat Thierry Herzog, d’obtenir d’un haut magistrat, Gilbert Azibert, des informations couvertes par le secret, voire d’une influence, sur un pourvoi en cassation qu’il avait formé dans l’affaire Bettencourt.

En échange: la promesse d’un soutien pour un poste à Monaco. L’ancien chef de l’État a fait appel.

Bis repetita dans Bygmalion

Nicolas Sarkozy est à nouveau condamné, sept mois plus tard, à un an de prison ferme dans le dossier Bygmalion pour le financement illégal de sa campagne présidentielle perdue de 2012.

Contrairement à ses 13 coprévenus (anciens cadres de la campagne et de l’UMP ainsi que de la société Bygmalion), l’ex-président n’était pas mis en cause pour le système de fausses factures imaginé pour masquer l’explosion des dépenses de campagne autorisées, mais pour avoir dépassé le seuil légal de ces dépenses de plus de 20 millions d’euros.

Il fait appel. Son procès s’ouvrira le 8 novembre 2023.

Mis en examen

La justice le soupçonne également d’avoir financé sa campagne 2007 avec des fonds occultes libyens. Cette retentissante enquête s’est ouverte après la publication par Mediapart en 2012 de documents affirmant que Tripoli aurait, en 2006, donné son accord pour un financement de 50 millions d’euros.

Nicolas Sarkozy, qui conteste les faits, a été mis en examen le 21 mars 2018 pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens, puis le 12 octobre 2020 pour association de malfaiteurs.

En octobre, les juges d’instruction ont annoncé avoir bouclé l’enquête mais ils n’ont pas encore indiqué s’ils ordonneront ou pas un procès.

Enquêtes en cours

Ses lucratives activités de conseil en Russie font par ailleurs l’objet d’une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF) qui soupçonne cette fois l’ancien président d’un possible « trafic d’influence ».

Selon Mediapart, qui a sorti l’information, cette enquête a été ouverte à l’été 2020. Elle vise à déterminer s’il « se serait adonné à des activités de lobbying potentiellement délictuelles » pour le compte d’oligarques russes.

La justice enquête aussi depuis 2019 pour « corruption active et passive » sur un déjeuner tenu en 2010 entre Nicolas Sarkozy, alors président de la République, deux hauts dirigeants qataris et Michel Platini, à l’époque patron de l’UEFA.

Objectif : déterminer si le vote de M. Platini en faveur du Qatar pour le Mondial-2022 de football a été obtenu en échange de contreparties.

Mis hors de cause

L’ex-président a bénéficié d’un non-lieu dans plusieurs dossiers: celui sur des voyages en jet privé, qui avaient fait naître des soupçons d’abus de biens sociaux parce qu’ils étaient payés par la société de l’un de ses proches, ou encore dans l’enquête sur les pénalités dues aux irrégularités financières de sa campagne de 2012 réglées par l’UMP.

La justice a également abandonné ses poursuites dans l’affaire des dons octroyés à l’UMP par la richissime héritière du groupe

L’Oréal Liliane Bettencourt (décédée en 2017), où il a été brièvement mis en examen pour abus de faiblesse.
Immunité présidentielle

Par ailleurs, quatre ex-membres du premier cercle de Nicolas Sarkozy ont été condamnés en janvier dans l’affaire dite des sondages de l’Élysée, facturés sans appel d’offres entre 2007 et 2012. L’ancien secrétaire général de la présidence et ex-ministre Claude Guéant, condamné à un an d’emprisonnement dont huit mois ferme, a fait appel.

L’ancien chef de l’État, couvert par l’immunité présidentielle, qui prévaut pour les actes accomplis en cette qualité, n’a jamais été mis en cause dans ce dossier.

L’ex-président Nicolas Sarkozy rattrapé par les affaires judiciaires Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page