Prix carburants: Le Yoyo du gasoil et la tendance à la baisse de l’essence

A la pompe, les prix des carburants continuent de baisser lentement à des degrés divers. Le gasoil et l’essence devraient baisser de quelques centimes dès ce samedi 1er octobre.

Le prix des carburants à la pompe reprend, donc, sa tendance baissière. En effet, il se murmure que le prix du litre du gasoil à la pompe devrait baisser entre 0,80 cts et un dirham lui-même et que celui de l’essence devrait ne devrait pas garder son prix plancher de la mi-septembre durant la prochaine quinzaine au Maroc. Il fluctuera donc dans une fourchette de 0,70 cts selon les marques et enseignes des stations-service.

Cette embellie, aussi momentanée soit-elle, ne permettra pas toutefois de faire des économies, loin de là. Les carburants restent chers au Maroc, car effectivement à la pompe, au moment de faire les comptes, le prix du plein (essence ou de gasoil) s’en ressent fortement et pour ceux dont l’obligation de mobilité est une fatalité, c’est du « quoi qu’il en coûte » pour bouger. Après avoir baissé de près de 2,50 dirhams durant les mois de juillet et d’août et eu un effet yoyo en ce mois de septembre où, le diesel est reparti à la hausse, le voilà donc, qui s’en revient à une raison moins sévère.

Le 26 septembre, le Conseil de la concurrence avait rendu un avis sur la hausse des prix des carburants et des matières premières au niveau mondial, et ses conséquences sur la performance concurrentielle des marchés nationaux dans le cas du carburant. Cela ne devrait pas toucher pour l’heure la fluctuation des prix des carburants qui oscillent sur le territoire national entre les 15,5 (SP) et14, 65 (gasoil 10).

Hier, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le parlement, et Porte-parole du gouvernement Mustapha Baitas, a tenu à préciser lors du briefing de circonstance à l’issue du Conseil du gouvernement, sous la présidence effective du Chef du Gouvernement Aziz Akhannouch, que « les conclusions du Conseil de concurrence étaient un avis rendu après une procédure consultative qui relève du mandat de l’Institution et qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une mesure contradictoire, avant de confirmer que l’exécutif examinait déjà certaines des recommandations ».

De cause à effet, cela ne devrait pas changer grand-chose à la poche du consommateur, car, par rapport au reste du monde pour ce qui est des prix des carburants l’automobiliste marocain en paye le prix fort, toutes marques confondues dès lors, qu’il s’agit de faire le plein. D’aucuns indiquent même et sans exagération aucune, que le carburant coûte bien plus cher dans notre pays que dans d’autres contrées pourtant logées à la même enseigne et qui ne sont ni producteurs ni exportateurs de cette énergie fossile qui du conflit en Ukraine et de la hausse du dollar en devient pratiquement inaccessible à bien d’entre nous.

Prix carburants: Le Yoyo du gasoil et la tendance à la baisse de l’essence Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page