Suicide d’un jeune médecin résident : Première réaction du gouvernement

Le suicide d’un jeune médecin résident, Dr. Yassine Rachid, au CHU Ibn Rochd, a grandement perturbé le milieu universitaire et médical. Ce jeudi 8 septembre, le porte-parole du gouvernement s’est exprimé pour la première fois sur la question.

Interpellé à ce sujet lors du point de presse à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement, Mustapha Baitas, a expliqué que l’affaire est en ce moment entre les mains de la justice, et que le ministère de la Santé a procédé à une inspection interne.

« Ce cas a été étudié sous les différents angles possibles. Le jeune médecin résident qui est décédé poursuivait ses études pour obtenir le diplôme national dans la spécialité de chirurgie urologique à l’hôpital Ibn Rochd« , a indiqué le porte-parole du gouvernement, notant que la formation du jeune médecin a démarré le 11 mars 2019.

Ainsi, et suite aux recherches réalisées par une commission dédiée, Mustapha Baitas a livré quelques éléments « dont il dispose », avant de préciser à nouveau que le dossier est entre les mains de la justice, qui doit avoir le dernier mot sur l’affaire.

Baitas a en ce sens relevé que le jeune médecin décédé, a réussi l’ensemble de ses stages, et a obtenu de bonnes notes. Il a également, comme ses collègues en résidanat, suivi à un autre stage au sein du service d’urologie, et a été parmi les trois résidents sur six de la 4e année, ayant profité des stages.

Le jeune médecin en question a participé du 10 janvier 2022 au 10 juin de la même année à 37 chirurgies, dont 5 réalisées en juin. Il a également fait des gardes et reçu ses indemnités comme ses collègues, a-t-il ajouté.

Concernant le professeur « accusé » par la famille et les proches du défunt « d’harcèlement moral », le porte-parole du gouvernement a précisé que son dossier ne comporte pas de sanction, de même que celui du défunt.

Pour conclure, Baitas a indiqué que « le gouvernement est déterminé à réformer le système de santé dans sa globalité. Et les conditions de travail des médecins résidents figurent parmi les éléments essentiels sur lesquels il va se pencher« .

« La volonté du gouvernement était claire depuis le début, surtout depuis le lancement du dialogue social avec les médecins et l’augmentation de leur indemnité, en application de l’indice à 509« , a-t-il rappelé, précisant à titre d’exemple qu’ »un médecin qui, avant le dialogue social, touchait un salaire de début de carrière de 8.000 dh, commence aujourd’hui à 12.000 dh« .

Outre cette première victoire pour les médecins qu’ils réclamaient depuis des années, le porte-parole du gouvernement a annoncé que plusieurs points seront pris en compte dans le nouveau système de santé (conditions de travail, formation, stages …), et sur lesquels va se pencher le gouvernement et le secteur concerné dans l’avenir.

Suicide d’un jeune médecin résident : Première réaction du gouvernement Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page