Tel Aviv enquête sur des accusations de « harcèlement sexuel » au bureau de liaison de Rabat

Le ministère israélien des Affaires Etrangères enquête sur des allégations de « harcèlement sexuel » et d’autres irrégularités ayant eu lieu au sein du bureau de liaison d’Israël à Rabat. Israël prend l’affaire très au sérieux et a envoyé de hauts responsables enquêter.

Plusieurs allégations et accusations visent spécifiquement le chef du bureau de liaison, David Govrin, indiquent des sources médiatiques israéliennes.

Parmi les faits qui lui sont imputés, figurent du « harcèlement sexuel » ayant lieu au sein du bureau de liaison israélien, de l’exploitation, de « graves conflits » entre différents membres de la représentation diplomatique ainsi que le non signalement de cadeaux, dont certains auraient disparus sans qu’ils ne soient notifiés.

Selon la radio publique israélienne Kan, David Govrin serait en outre, impliqué dans un conflit direct avec son agent de sécurité.

Une équipe d’enquête composée de hauts responsables israéliens a été spécialement envoyée en urgence la semaine dernière depuis Tel Aviv pour décortiquer cette affaire prise très au sérieux par les autorités israéliennes.

Les accusations de harcèlement sexuel et l’exploitation de femmes locales, est en tête de liste des faits les plus graves pour Israël, qui vient tout juste de reprendre ses relations diplomatiques avec le Maroc fin 2020 et qui veille au grain à ce que les relations restent au beau fixe.

Si les allégations s’avèrent vraies, indique la radio Kan, l’affaire pourrait endommager les relations diplomatiques entre les deux pays.

Pour le moment, le département des Affaires Etrangères a confirmé l’enquête et a indiqué qu’il examinait des « allégations d’irrégularités », selon le Jerusalem Post.

Mais d’autres affaires sensibles sont au cœur de ce dossier, et il s’agit notamment de la disparition d’un « précieux cadeau » de la famille royale offert en l’honneur du jour de l’indépendance d’Israël, qui n’a pas été correctement signalé au ministère des Affaires étrangères, indique la même source, confirmée par d’autres médias israéliens.

Ce cadeau, selon les soupçons, a disparu ou a été volé et n’a pas été signalé comme demandé, selon les plaintes reçues par le ministère israélien.

Le ministère des Affaires étrangères étudie également l’implication d’un homme d’affaires dans l’organisation de rencontres entre hommes politiques israéliens, comme la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked et le ministre de la Justice Gideon Saar, le Premier ministre Yair Lapid à l’époque chef de la diplomatie et d’autres hauts fonctionnaires israéliens.

L’homme, nommé Sami Cohen, aurait été présent aux réunions des ministres et aurait assisté à toutes les discussions, alors qu’il n’occupe aucun poste officiel en Israël, et qu’il serait seulement un ami de David Govrin, selon les mêmes sources.

Avant d’être nommé chef du bureau de liaison à Rabat, David Govrin a occupé le poste d’ambassadeur au Caire en 2016. Il a également occupé plusieurs postes au sein du ministère des Affaires étrangères à, notamment celui de directeur du département Jordanie, de directeur du département de planification politique, ou encore de conseiller politique au sein de la délégation permanente israélienne auprès des Nations Unies.

Tel Aviv enquête sur des accusations de « harcèlement sexuel » au bureau de liaison de Rabat Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page