Algérie: Un rapport de la Banque mondiale pointe l’absence de volonté d’investissement des dirigeants

Le dernier rapport de la Banque Mondiale consacré à l’économie algérienne en ces six premiers mois de 2022, démontre que le pays a engrangé des gains colossaux grâce à la crise mondiale des hydrocarbures, mais qu’en retour, les autorités algériennes n’ont pas investi cet argent pour le développement et ratent une opportunité qui ne se reproduira pas.

Le document qui explique la situation et la santé financière de l’Algérie, note que le pays a pu tirer d’énormes recettes à la faveur du contexte mondial de conflit en Ukraine et des craintes sur l’approvisionnement en gaz chez les Européens.

Les experts de la Banque mondiale se sont intéressés à l’évolution de la situation économique et financière dans le pays pendant la période couvrant les six premiers mois de l’année 2022.

Le rapport indique que les dépenses publiques n’ont augmenté que de 7,6 % en 2021, principalement du fait de la hausse des dépenses courantes estimée à +8,7 %, « portées par une hausse marquée des transferts courants (+18 %) », mais pas pour d’autres raisons, comme l’investissement.

Les dirigeants algériens n’ont pas non plus augmenté leurs dépenses en matière d’infrastructures, relève le rapport intitulé « Renforcer la résilience en période favorable », en référence à la période postcovid de relance, mais surtout d’opportunités pour les pays exportateurs et producteurs d’hydrocarbures qui ont vu les prix s’envoler dans le monde et par conséquent augmenter leurs revenus.

En effet, les dépenses en termes d’infrastructures sont en dessous de leur niveau d’avant la pandémie du coronavirus alors que le monde a déjà repris la voie de la normalité depuis la fin 2021.

Les investissements en infrastructures publiques et celles entrant dans le cadre du renforcement des activités économiques ont augmenté d’à peine 4,8 % en 2021 après une chute de 34 % en 2020, notent les économistes. Ces investissements publics de l’Etat algérien sont en fait « 30 % en deçà de leur niveau prépandémie », ajoutent-ils.

« L’investissement public n’a pas connu de reprise marquée » en Algérie, concluent ces sources, alors qu’en cette période, les recettes en devises provenant des exportations des hydrocarbures ont connu des hausses vertigineuses, estimées à 36 % de plus.

Ces recettes additionnelles ont permis à l’Etat algérien à alléger significativement son déficit budgétaire qui est passé de 12 % à 7,2 % du PIB,

Pour le site d’information Algérie Part, il s’agit d’« un véritable paradoxe qui soulève de nombreuses interrogations sur les intentions des dirigeants algériens ».

« L’Etat algérien a gagné beaucoup d’argent depuis fin 2021 et début 2022, mais investit peu, très peu pour développer des projets qui pourront insuffler une véritable croissance économique au pays », note la publication.

Et d’ajouter que le manque d’engagement de l’Etat algérien dans l’investissement public « est vraiment intrigant et traduit l’absence d’une vision stratégique chez les actuels dirigeants algériens qui ratent une précieuse opportunité pour redresser une économie algérienne morne et moribonde depuis le début de la crise politique en 2019 ».

Algérie: Un rapport de la Banque mondiale pointe l’absence de volonté d’investissement des dirigeants Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page