Sahara: Le nouveau concurrent du polisario va organiser un congrès aux Iles Canaries

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP) continue de gagner de la place et de la crédibilité auprès de Sahraouis de Tindouf qui furent un temps séduits par les thèse séparatiste de la milice du polisario. Le parti politique a été créé par d’anciens membres de la milice séparatiste et compte organiser un congrès à Las Palmas de Gran Canaria aux Iles Canaries pour mieux faire connaitre son programme. 

Sans programme politique et sans percée, un retranchement sur des positions inchangées et irréalisables et avec la violence d’entreprises terroristes, le polisario s’est engouffré et a entrainé avec lui des milliers de personnes aujourd’hui bloquées dans les camps de Tindouf en Algérie.

Le mouvement séparatiste créé et parrainé par l’Algérie a alimenté pendant 50 ans l’idée d’une séparation entre le Maroc et son Sahara au moment où le royaume récupérait ses terres occupées par l’Espagne. Il a fait grandir des générations entières dans l’exil dans des conditions déshumanisantes, qu’il a attribuées au Maroc.

Si de rares personnes ont réussi à se sortir des filets des camps la vie sauve, c’est au prix de grands sacrifices physiques, des souffrances caractérisées par de la torture exercée par les dirigeants du polisario.

Aujourd’hui ces rescapés ont pu rejoindre le Maroc, l’Espagne ou la Mauritanie, d’où ils ont porté plainte et dénoncent à chaque occasion, les sévices et les modes opératoires de la milice armée. Parmi eux, figurent des Sahraouis qui ont apporté leur soutien au MSP, un parti politique qui veut s’imposer comme une troisième voie, qui prône la négociation et la paix et surtout la fin du différend.

C’est ainsi que le mouvement politique né des entrailles du polisario en 2020, va organiser un congrès aux aux Iles Canaries avec le soutien de plusieurs personnalités canariennes et espagnoles dont l’ancien Premier ministre espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, les ex-ministres de la Défense, José Bono, et des Affaires étrangères, Miguel Moratinos.

L’événement connaitra la participation de 200 personnes dont d’anciens membres du polisario, pour parler de leur expérience, les raisons pour lesquelles ils ont quitté la milice, et pourquoi aujourd’hui, ils parient sur le MSP plutôt que le polisario.

Pour autant, le nouveau parti politique ne part pas gagnant pour s’imposer contre une organisation qui lutte pour sa survie depuis près de 5 décennies, et ses ambitions et son projet ne sont pas clairs. Déjà, des accusations de liens avec le Maroc, l’Espagne ont été émises par les dirigeants du polisario pour le discréditer après avoir sa défection à la milice séparatiste.

En juin 2022, le chef de file de ce mouvement politique, Hach Ahmed, avait publié une tribune dans la presse espagnole dans laquelle il expliquait pourquoi le polisario avait perdu et pourquoi il exerce une lutte acharnée contre le MSP.

‘La nervosité et l’inquiétude au sein de la direction du Polisario et son recours à une sale guerre contre le MSP sont compréhensibles, car c’est la première fois en cinquante ans qu’elle sent que sa légitimité et sa représentativité sont sérieusement menacées par un projet politique plus démocratique et tolérant qui, en plus d’être composé d’authentiques Sahraouis, ne porte aucune trace de crimes de guerre et de violations des droits de l’homme et est capable de mettre le peuple sahraoui sur la voie d’un avenir de paix et de prospérité », a-t-il écrit sur Atalayar.

Concernant la chute du mouvement polisario, « le temps et les événements ont montré que le Polisario a fini par dévier vers une sorte de modèle politique social irrationnel qui combine les loyautés tribales et les méthodes les plus perverses du totalitarisme politique et idéologique », a-t-il indiqué.

« La vérité est que l’actuelle direction du Polisario s’est égarée depuis l’émergence du MSP. C’est ce qui l’a conduit à commettre son erreur la plus grave de ces derniers temps : la rupture unilatérale du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, une décision qui lui a fait abandonner des positions stratégiques sur le terrain et a provoqué le positionnement de pays influents, dont l’Espagne, qui ont interprété ce geste comme une déclaration de guerre aux efforts de paix de l’ONU », a poursuivi celui dont le parti a salué la nouvelle position de l’Espagne sur le Sahara en appui à la solution basée sur le compromis soumise par le Maroc.

« Le leadership du vieux mouvement armé, né dans le feu de la guerre froide, n’a pas pu digérer, en raison de sa nature sectaire, que de ses entrailles ait émergé un mouvement d’opposition qui a su s’imposer, en moins de deux ans, comme une alternative à travers un projet politique modéré, viable et capable de sortir les Sahraouis du tunnel », a encore tancé le Hach Ahmed.

Le secrétaire général du parti a sollicité le ministère espagnol des Affaires étrangères espagnol pour des Sahraouis n’ayant pas la nationalité espagnole, résidant au Maroc ou en Mauritanie, puissent faire le voyager aux Iles Canaries pour assister au Congrès.

Cet événement n’a pas encore de date précise, mais il devrait être organisé soit avant soit après la réunion du Conseil de sécurité du 30 octobre prochain.

Sahara: Le nouveau concurrent du polisario va organiser un congrès aux Iles Canaries Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page