Piqures en soirée: Plus de 30 femmes portent plainte en Espagne

Après plusieurs plaintes de femmes affirmant avoir été piquées dans des soirées, la police espagnole mène une enquête pour connaitre les groupes à l’origine de ces actions criminelles. Les femmes ne savent pas ce qui leur a été injecté. 

Il ne s’agit pas de la première fois que des faits similaires arrivent, notamment dans les pays européens. Des femmes et parfois des hommes aussi, sont pris pour cible par des groupes de personnes malintentionnées qui les piquent à l’aide d’une seringue sans que le liquide ne soit identifié, ni les personnes suspectes.

Ces dernières semaines en Espagne, les plaintes et les signalements, notamment via les réseaux sociaux, ont alerté sur cette pratique, qui s’est déjà produite dans plusieurs autres pays européens, dont le Royaume-Uni et la France.

Pour l’heure, les analyses toxicologiques n’ont décelé aucune trace de produit toxique et aucune violence ou vol, n’ont été signalés. Mais les éléments de la police suspectent que ces piqures aient néanmoins des visées criminelles, afin de droguer les femmes et les agresser sexuellement.

Il serait également probable que des maladies transmissibles par le sang soient injectées dans ces seringues dont il est impossible de savoir si elle n’ont servi qu’une fois ou à plusieurs reprises, soulevant encore une fois les dangers de contagion au contact de la seringue.

Selon un communiqué de la police basque, les cas se ressemblent puisqu’ils visent des femmes en soirées qui ont toutes ressenties une piqûre, généralement dans le bras ou la jambe, avant de ressentir peu de temps après des vertiges ou des somnolences.

En Catalogne (nord-est), la police a dénombré 23 cas, la plupart dans la ville touristique de Lloret de Mar, mais aussi à Barcelone, tandis qu’au Pays basque, la police a reçu douze plaintes ces deux dernières semaines.

Le phénomène est apparu en Espagne début juillet, quand huit plaintes ont été déposées durant les célèbres de fêtes de la San Fermin à Pampelune (nord).

Avant l’Espagne, des pays comme la Grande-Bretagne ont signalé ce phénomène, puis en France où il a pris une plus ample mesure puisque la police a dénombré pas moins de 800 plaintes au mois de juin.

Sans aucune information sur ce réseau, ni le contenu des seringues et encore moins l’objectif, la police espagnole a demandé aux personnes ayant subi cette agression de se rendre le plus vite possible dans un centre de soins et de porter plainte.

Piqures en soirée: Plus de 30 femmes portent plainte en Espagne Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page