Triche au concours de médecine : La CNEM saisit Abdellatif Miraoui

La récente affaire de probable triche dans le concours de médecine qui a éclaté sur les réseaux sociaux, en a fait réagir plus d’un. En effet, des bacheliers en plein concours de médecine, organisé le 29 juillet dernier, ont échangé les questions et réponses du concours d’admission en médecine sur un groupe Whatssap comme le montrent plusieurs images. Une affaire qui a suscité la colère des universitaires, mais aussi des étudiants en médecine, considérés comme l’élite marocaine.

N’ayant pas apprécié cette « manoeuvre » malsaine pour accéder à l’une des professions les plus respectables et difficiles au monde, parce qu’il s’agit des vies des gens, la Commission nationale des étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie (CNEM) a saisi via une correspondance, dont Hespress Fr détient copie, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, Abellatif Miraoui.

Dans un premier temps, la CNEM avance avoir suivi les conditions de passage du concours d’accès aux facultés de médecine générale, dentaire, et pharmacie, organisé dans les quatre coins du Royaume, et qui a été marqué par « la baisse du seuil de sélection, à l’instar des deux dernières années, en parallèle avec la hausse importante des nouvelles arrivées, ce qui a exigé du secteur la mobilisation de moyens logistiques et humains plus que d’habitude« , peut-on lire dans le communiqué de la CNEM.

Tout en dénonçant ce qui circule sur les RS concernant une « probable fuite des sujets du concours, sans précédent dans l’histoire du concours d’accès aux facultés de médecine connu pour son intégrité et le sens de l’organisation, et qui nuit à la réputation de la faculté« , la CNEM estime que ces «  dépassements graves, s’ils sont confirmés, mettent à mal le principe d’égalité des chances garanti par la Constitution marocaine« .

Dans ce sens, la CNEMA a dénoncé ces « actes honteux et toutes les initiatives subversives qui n’ont aucun lien, ni avec le citoyen marocain, ni l’étudiant marocain, ni le médecin et pharmacien marocain ou encore le professeur et lauréat, qui sont l’exemple de la persévérance, le dévouement et la loyauté, soit des valeurs qui ne doivent pas être détruites par des actes enfantins qui nuisent à la dignité et la réputation de la faculté ».

Au vu de « l’urgence de prise de mesures, immédiates et répressives afin de garantir le principe d’égalité des chances et préserver la réputation des concours nationaux des facultés publiques », la CNEM a appelé dans sa lettre au ministre Miraoui, à interagir avec ce problème

La coordination propose dans ce sens d’ouvrir une enquête en urgence pour s’assurer de la véracité des publications partagées et les allégations de triche dans le concours, tout en assumant ses responsabilités si ces allégations s’avèrent véridiques, tout en appliquant toutes les procédures juridiques et administratives pour poursuivre les personnes concernées par cette affaire. La CNEM appelle également le ministre à tenir comme responsable les auteurs de ces actes, voire même réorganiser le concours s’il le faut.

De même, la CNEM appelle le ministre à revoir les conditions et les modalités d’accès aux facultés de médecine à partir de l’année prochaine, en garantissant le principe d’équité et d’égalité des chances, et adopter une démarche de qualité avant la quantité, afin de garantir une formation qui répond aux besoins de la société marocaine.

Triche au concours de médecine : La CNEM saisit Abdellatif Miraoui Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page