Les opportunités multilatérales qu’offrent les Accords d’Abraham

Abraham Accords Peace Institute (AAPI) a indiqué, en cette fin du mois de juillet, dans son rapport mensuel que le volume des échanges commerciaux entre le Maroc et Israël a été de 63,9 millions de dollars au premier semestre 2022, dont 12 millions pour le seul mois de juin dernier, soit une hausse de 1 % par rapport à l’exercice précédent (janvier/juin 2021).

« Bien que les liens commerciaux existent et que l’industrie israélienne soit déjà implantée au Maroc, la coopération économique n’est que partielle par rapport à son véritable potentiel », déclarait la ministre israélienne de l’Économie et de l’Industrie, Orna Barbivai à l’occasion de sa visite officielle au Maroc en février dernier. Elle avait signé à l’occasion avec son homologue marocain, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour le premier accord de coopération économico-commerciale entre le Maroc et Israël, en février dernier lors de sa visite officielle dans le Royaume.

L’ambition pour la ministre étant d’aller au-delà des 500 millions du volume d’échange entre Israël et le Maroc, « le niveau des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays, qui s’élève aujourd’hui à 130 millions de dollars par an, n’est plus suffisant. Il faut très rapidement arriver à 500 millions de dollars par an, et même aller au-delà ».

En effet, il n’est plus suffisant vu les énormes opportunités qui s’offrent aux deux Nations. C’est que par rapport à nos partenaires des Accords d’Abraham, les Emirats arabes unis et Bahreïn, ainsi que les pays ayant signé un traité de paix avec l’Etat hébreu nous serions l’un des moins lotis, on va dire, dans l’histoire du volume d’échange commercial qui sont appelés à des jours meilleurs.

C’est ainsi qu’entre Israël et les Emirats arabes unis, ce dernier a atteint la somme étonnante de 1,03 milliard de dollars en juin 2022, soit une augmentation de 97 % des échanges par rapport à juin 2021. Pour le premier semestre 2022, cela explose même. En effet, le commerce bilatéral a atteint 3,99 milliards de dollars, soit une augmentation de 119 % par rapport aux échanges du premier semestre 2021.

Le commerce entre Israël et Bahreïn est passé à 2,8 millions de dollars en juin 2022, contre 0 en juin 2021 indique encore le rapport. Pour le premier semestre 2022, le commerce bilatéral a atteint 16,5 millions de dollars, contre 0 au premier semestre 2021, tandis que celui entre Israël et l’Egypte est passé à 88,5 millions de dollars en juin 2022, soit une augmentation de 17 % des échanges par rapport à juin 2021.

Pour le premier semestre 2022, le commerce bilatéral a atteint 507,4 millions de dollars, soit une augmentation de 49 % des échanges par rapport au premier semestre 2021. Quant au volume commercial d’échanges entre Israël et la Jordanie, il a atteint 151,6 millions de dollars en juin 2022, soit une augmentation de 49 % des échanges par rapport à juin 2021. Pour le premier semestre 2022, le commerce bilatéral a atteint 885,4 millions de dollars, soit une augmentation de 49 % des échanges par rapport au premier semestre 2021.

AAPI dans son document indique que les accords historiques des « Accords d’Abraham » ont le potentiel de transformer la région MENA en une source de solutions durables à des défis urgents au regard du contexte mondial actuel. Près de deux ans après leur signature, ils peuvent contribuer à apporter des solutions aux défis les plus urgents auxquels est confrontée la communauté internationale, tout en garantissant la paix et la stabilité au carrefour des marchés américain, européen et asiatique.

Les avantages des Accords d’Abraham pour la stabilité mondiale augmenteront de manière exponentielle à mesure que de plus en plus de pays islamiques s’y joindront. Le véritable potentiel réside dans les initiatives multilatérales stratégiques reliant les membres des Accords d’Abraham et d’autres pays du Moyen-Orient aux marchés américain, européen et asiatique.

Et le rapport d’énumérer quelques opportunités. En juin 2022, l’UE, l’Egypte et Israël ont convenu d’augmenter considérablement les exportations de gaz israélien vers l’Europe via l’Egypte, offrant à l’UE une alternative fiable au gaz russe, tout en renforçant la coopération économique Egypte-Israël. Les réserves de gaz de la Méditerranée orientale sont estimées à environ 345 000 milliards de pieds cubes, plus que suffisants pour subvenir aux besoins intérieurs et à l’exportation vers l’Europe, et remplacer la perte de gaz russe.

Cette coopération englobe également le domaine des énergies renouvelables, où la région voit de nouvelles initiatives avec une implication internationale. En novembre 2021, la Jordanie, Israël et les Émirats arabes unis ont signé un mémorandum, supervisé par les Etats-Unis, pour développer le projet Prosperity Green/Blue, qui verra la Jordanie tirer parti de ses étendues désertiques pour fournir de l’énergie solaire à Israël, contre 200 millions de mètres cubes d’eau dessalée. A cet effet, Moyen-Orient peut devenir une source fiable pour les besoins en énergie renouvelable de l’Europe.

Outre la crise énergétique, l’invasion russe de l’Ukraine entraîne rapidement de graves pénuries alimentaires. Selon le Forum économique mondial, « les pays d’Afrique et du Moyen-Orient en particulier sont fortement dépendants des importations de blé de Russie et d’Ukraine ». Joint Abraham Accords ventures, profitant des forces relatives de chacun des pays, peut promouvoir des projets agricoles réussis dans les Nations des Accords, ainsi que dans d’autres économies en développement.

En effet, la coopération en matière d’innovation des accords d’Abraham, dans des secteurs tels que l’énergie, l’eau, l’agriculture et la logistique, peut conduire à des percées qui amélioreront la vie non seulement des habitants de la région, mais aussi de plus de deux milliards d’habitants dans des zones de climats arides et semi-arides.

Les opportunités multilatérales qu’offrent les Accords d’Abraham Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page