ONUSIDA: La lutte contre le VIH est compromise

Un nouveau rapport du Programme commun des Nations Unies sur le VIH (ONUSIDA), publié cette semaine, met en garde que la riposte contre le virus du sida est menacée tandis que les ressources s’épuisent. Plus réjouissant, l’OMS a de son côté annoncé la mise en circulation imminente d’autotests à 1 dollar pièce, destinés au pays à revenus faibles ou intermédiaires.

Selon le rapport, intitulé « En Danger », au cours des deux dernières années de la crise Covid-19, les progrès contre la pandémie de VIH ont faibli, les ressources ont diminué et des millions de vies sont ainsi en danger.

La publication de ce document intervient en parallèle avec la 24e Conférence internationale sur le sida qui se tient du 29 juillet au 2 août à Montréal, au Canada.

Asie et Pacifique, une hausse « alarmante » des infections

À l’échelle mondiale, le nombre de nouvelles infections n’a diminué que de 3,6 % entre 2020 et 2021, soit « la plus faible baisse annuelle des nouvelles infections au VIH depuis 2016 », selon le document.

L’Europe de l’Est, l’Asie centrale, le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Amérique latine ont tous connu des augmentations des infections annuelles au VIH sur plusieurs années, tandis qu’en Asie-Pacifique, région la plus peuplée du monde, les données d’ONUSIDA révèlent que les nouvelles infections augmentent dans des zones où elles avaient jusque là diminué. La hausse des infections dans ces régions est qualifiée d’ « alarmante ».

En Afrique orientale et australe, les progrès rapides des années précédentes ont aussi considérablement ralenti en 2021.

La riposte mondiale est en grand danger

Si quelques nouvelles positives sont à dénombrer, telles que les baisses notables de nouvelles infections en Afrique de l’Ouest et centrale ainsi que dans les Caraïbes, elles sont à relativiser car même dans ces régions, la riposte au VIH est menacée par une diminution des ressources.

Pour la Directrice exécutive d’ONUSIDA, Winnie Byanyima, « ces données montrent que la riposte mondiale face au sida est en grand danger. Si nous ne progressons pas rapidement, nous perdrons du terrain, car la maladie trouve un terrain prospère avec la pandémie de Covid-19, les déplacements massifs de population ainsi que d’autres crises. Gardons à l’esprit ces millions de morts évitables ».

Des autotests du VIH à 1 dollar

Signe encourageant, des autotests du VIH seront bientôt à la disposition du secteur public dans les pays les mins avancés ou à revenus intermédiaires au prix de 1 dollar le test. Ce montant fait de ces autotests, parmi ceux approuvés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les moins chers jamais proposés sur le marché.

Cette initiative, annoncée mercredi par l’OMS, est le fruit d’un partenariat entre la Clinton Health Access Initiative (CHAI), MedAccess et Wondfo Biotech Company.

Malgré la disponibilité de diagnostics et de traitements abordables, on estime à 5,9 millions le nombre de personnes séropositives dans le monde ignorant leur statut.

Les personnes les plus à risques sont les travailleuses et travailleurs du sexe, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les transsexuels, les personnes ayant recours à l’injection intraveineuse de narcotiques et les détenus ainsi que leurs partenaires. Ils représentent la majorité des nouvelles infections par le VIH.

Les adolescentes et les jeunes femmes sont trois fois plus susceptibles de contracter le VIH que leurs homologues masculins.

Les autotests plébiscités par les populations à risque

Nombreux sont celles et ceux, parmi les personnes issues de ces populations clés et parmi les jeunes, considérant l’autodiagnostic du VIH comme une option pratique et confidentielle pour le dépistage du VIH, note l’OMS dans un communiqué dédié.

« L’annonce de la nouvelle tarification est une étape importante pour rendre le dépistage du VIH à des fins de diagnostic et de suivi de la prévention accessible dans le monde entier », a déclaré la Dre Meg Doherty, directrice des programmes mondiaux de l’OMS sur le VIH, les hépatites et les infections sexuellement transmissibles. « Cela facilitera, a-t-elle dit, l’accès à des autotests dans les établissements publics de santé, ainsi que dans les établissements communautaires et privés ».

L’OMS recommande l’autodiagnostic du VIH comme un moyen « sûr, précis et efficace » d’atteindre des personnes qui ne se soumettraient peut-être pas au test autrement.

À ce jour, l’agence a préqualifié six autodiagnostics du VIH, qu’il s’agisse de produits collectant de la salive ou du sang, garantissant ainsi la qualité et l’utilité de ces produits.

« Les autotests dont la qualité est garantie sont essentiels pour l’efficacité des systèmes de santé. L’ajout d’un nouvel autotest à la liste des produits de diagnostic in vitro préqualifiés contribue à garantir l’accès à des tests sûrs, appropriés, abordables et de bonne qualité », a déclaré pour sa part Rogério Gaspar, le Directeur du département Réglementation et préqualification de l’OMS.

À l’échelle mondiale, de nombreux pays ont élaboré des politiques nationales en soutien à l’autodiagnostic, et la pratique progresse rapidement.

ONUSIDA: La lutte contre le VIH est compromise Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page