FT/Infrastructures : Roi Mohammed VI, le maître d’oeuvre

Depuis l’intronisation, le 30 juillet 1999, du Roi Mohammed VI, le Maroc avance à grands pas. Les vingt-trois années de règne du Souverain ont été marquées par des chantiers d’infrastructures aussi titanesques que structurants. Du port de Tanger Med à la LGV en passant par le joyau qu’est la centrale thermo-solaire de Ouarzazate, passage en revue des projets les plus emblématiques de ces deux décennies.

Maritime : Tanger Med, un atout logistique majeur

La ligne maritime entre le Maroc et l’Arabie saoudite a pris forme
Une ligne maritime entre le port de Tanger Med à l’Arabie saoudite verra le jour dans les prochains jours

Il s’agit du grand projet d’infrastructure de début de règne du Roi Mohammed VI. En 2022, ce mégaprojet est toujours en constante évolution renforçant encore plus sa contribution à l’essor de l’économie marocaine. Premier port en Afrique depuis 2017 et premier en Méditerranée depuis 2020, Tanger Med est aujourd’hui  au 23e rang mondial des plus grands ports à conteneurs du monde, selon le classement établi par Alphaliner, plateforme spécialisée dans le commerce maritime.

Véritable catalyseur logistique des écosystèmes industriels marocains, et connecté à plus de 180 ports mondiaux, il offre des capacités de traitement pour 9 millions de conteneurs, 7 millions de passagers, 700 000 camions et 1 million de véhicules. Tanger Med constitue une plateforme industrielle pour plus de 1100 entreprises qui représentent un volume d’affaires annuel de 5,3 milliards d’euro dans différents secteurs tel que l’automobile, l’aéronautique, la logistique, le textile et le commerce. La ligne LGV Tanger-Casablanca, inaugurée le 15 novembre 2018, accélère de plus belle la connectivité logistique de ce pôle économique majeur.

TGV : Casablanca-Kénitra-Tanger, l’axe à grande vitesse

Al Boraq : Le TGV entre Casablanca et Agadir coûtera 75 milliards de dirhams
DR

La Ligne à Grande Vitesse (LGV) fait partie des plus grands chantiers de la décennie. Avec ce projet colossal lancé en 2011, le Maroc est devenu le premier pays d’Afrique à lancer un train à 320 km/h sur son réseau ferré. Ce projet a nécessité 12 viaducs, 169 ponts-routes et ponts-rails et plus d’une centaine d’ouvrages hydrauliques, pour un investissement initialement estimé à 20 milliards de dirhams.

A l’horizon 2035, le schéma directeur indique que le projet s’étendra entre Agadir et Oujda, en passant notamment par Marrakech et Fès. Le réseau ferroviaire actuel (2 110 km de lignes ferroviaires et 120 gares) qu’exploite à lui seul l’ONCF est régulièrement restructuré et modernisé. Les principaux projets d’investissements consistent à doubler, voire tripler, les voies autour de Casablanca à des fins de capacité d’accueil et de temps de parcours.

Routes : un réseau qui gagne en densité

Le réseau routier marocain totalise une longueur de plus de 57 000 km, dont 43.000 km revêtus (76%) et 14 000 km aménagés ou à l’état de pistes (26%). Une couverture routière qui s’est fortement densifiée pendant les 20 dernières années, notamment grâce à au Programme national des routes rurales, qui a fortement contribué à désenclaver les zones reculées du Maroc. Les autoroutes, pour leur part, sont étendues sur 1 800 km et jouent un rôle clé dans le développement du pays, faisant que 60 % de la population est directement reliée à ce réseau et 85 % réside à moins d’une heure d’une autoroute. De même, toutes les villes de plus de 400 000 habitants sont rattachées au réseau autoroutier et de nouveaux tronçons sont régulièrement mis en service par la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM).

Energies : le tournant du renouvelable

L’un des plus grands projets au Maroc a été sans doute celui du développement des énergies renouvelables. Les objectifs du Royaume dans ce domaine sont très ambitieux : 60 % du mix énergétique d’origine renouvelable à l’horizon 2030, et 52 % d’ici 2030. Un engagement royal qui a été mis en lumière durant la COP 22 qui s’est tenue à Marrakech. En avril 2017, le Roi Mohammed VI a procédé au lancement des travaux de réalisation de la Centrale Noor Ouarzazate IV, le plus grand complexe énergétique thermo-solaire au monde. Etablies sur 3 000 hectares, les quatre centrales solaires de Noor répondent aux normes internationales, tant au niveau technologique qu’environnemental, et sont associées à une plateforme de recherche et développement sur 150 hectares.

Métamorphose urbanistique et nouvelle mobilité

Recettes des collectivités : La région de Casablanca-Settat concentre plus du un cinquième
© DR.

Au cours des vingt dernières années, les villes marocaines ont connu une véritable métamorphose, tant au niveau urbanistique que celui de la mobilité. Les capitales administratives et économiques du Maroc, Rabat et Casablanca respectivement, ont été dotées d’un réseau de tramway, en constante extension. Des infrastructures devenues essentielles, qui ont changé les habitudes des citadins.

En parallèle, ponts à haubans, trémies et élargissement de voies sont également venus relativement soulager l’engorgement chronique dont souffraient les métropoles du pays. Les villes de Marrakech et de Tanger ont également été l’objet d’une attention particulière, cette dernière étant devenue quasiment méconnaissable tant sa métamorphose urbanistique a été profonde.

Football : Complexe Mohammed VI, un écrin digne des plus grands

A la découverte du complexe Mohammed VI de football, un écrin digne des plus grandes sélections mondiales
Photo Mounir Mehimdate

630 millions de dirhams. C’est le coût de l’investissement consenti par les pouvoirs publics pour rénover de fond en comble le Centre Mohammed VI de football à Maâmoura. Inauguré ce lundi par le roi Mohammed VI, ce complexe répond parfaitement aux normes exigées par la FIFA avec des infrastructures et des équipements de pointe dans tous les domaines. Désormais, nos footballeurs, qu’ils soient juniors, espoirs ou professionnels, bénéficieront de ce qu’il se fait de mieux en termes de centre d’entrainement.

Le nouveau complexe abrite quatre terrains de football en gazon naturel, trois terrains de football en gazon synthétique, un terrain de football couvert, un terrain de football en hybride, une salle de réathlétisation pouvant accueillir des matchs de futsal, une piscine olympique en plein air, deux courts de tennis et un terrain de Beach Soccer. Ainsi toutes les sélections nationales pourront bénéficier de ce qu’il y a de mieux en Afrique et peut-être dans le monde pour se préparer au mieux pour les futures échéances.

FT/Infrastructures : Roi Mohammed VI, le maître d’oeuvre Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page