Applications de livraison de repas : 25% des Marocains les utilisent, 8% ne les connaissent pas

Quelque 25% des Marocains utilisent des applications de livraison de repas contre 75% qui ne l’utilisent pas. C’est ce qu’a démontré une récente étude, réalisée par le groupe « Sunergia », où les rédacteurs ont tenté de répondre à l’ensemble des interrogations autour de l’utilisation de ces applications au Maroc. 

Si l’on pense que les applications de livraison de repas au Maroc sont largement utilisées au Maroc, surtout après la crise Covid-19 qui a accéléré la transition vers un mode de vie plus digitalisé, cette récente étude de « Sunergia » intitulée « Utilisation des applications de livraison de repas au Maroc« , montre que le taux d’utilisation de ces applications, reste relativement bas, pour se demander et répondre à la question de qui sont les adeptes et les réfractaires de ces applications, leurs habitudes, ainsi que les freins à l’utilisation.

Ainsi, l’étude avance dans un premier temps que les Marocains commandent davantage des repas en fin de journée (dîner 51%) plutôt qu’en milieu de journée (déjeuner 40%), avec un panier moyen de 130 DHS (restaurant) et 314 DHS (épiceries), notant que les repas les plus commandés au Maroc sont en première position les burgers, suivis des sushis et des pizzas.

Se basant sur plusieurs données, notamment le dernier rapport publié par Jumia Food « Maroc Food Index 2020 », à l’occasion de la Journée mondiale de l’Alimentation, l’étude indique que les chiffres recueillis auprès d’un échantillon représentatif de la population marocaine montre qu’un Marocain sur quatre déclare utiliser les applications de livraison de repas. Ce taux s’établit à 37% dans en milieu urbain, précise l’étude.

« Ce taux d’utilisation des applications de livraison bien que phénoménal en comparaison avec la moyenne du continent africain qui est de 2.26% (environ 31.8 millions de consommateurs), reste moyennement inférieur à celui d’autres pays où la Foodtech est en pleine croissance, notamment en France, où ce taux atteint 46% en 2020 , et aux USA où il atteint 47% en 2021« , relève l’enquête, avant de préciser que les adeptes de ces applications se répartissent sans grande surprise dans les régions les plus urbanisées du Maroc avec respectivement Casablanca (34% ), Rabat-Salé-Kénitra (17%), Fès-Meknès (12%), Marrakech-Safi (11%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (9%), Béni-Mellal-Khénifra (6%), Souss-Massa (6%) et autres régions (5%).

Venons en aux profils des utilisateurs et des réfractaires à ces applications. Selon la même étude, les personnes adeptes de la Foodtech et qui utilisent les applications de livraison sont davantage des jeunes, célibataires (35%) et âgés de 18 à 24 ans (41 %), puis les habitants du centre du Maroc (34%), et dans des régions urbaines (37%), puis la classe socioprofessionnelle aisée A et B (49%).

S’agissant des profils réfractaires qui n’utilisent pas ces applications, l’étude montre qu’il s’agit de seniors âgés de 45 ans et plus (11%), les divorcés (19%), les habitants au nord, à l’est (20%) et au sud (19%) du Maroc, majoritairement dans les zones rurales (7%), puis la classe socioprofessionnelle modeste D et E (12%).

En ce qui concerne la fréquence d’utilisation de ces applications, l’étude du groupe Sunergia constate via un graphique que la fréquence est occasionnelle dans 7 cas sur 10, régulière dans 2 cas sur 10 et très rare pour le reste. Ainsi, 69% des personnes sondées utilisent souvent ses applications, 18% occasionnellement et 13% rarement.

Dans les détails, l’étude explique que les personnes qui se déclarent comme utilisateurs réguliers de ces applications sont davantage les jeunes de 18-24 ans (26%), les célibataires (26%) et les personnes des régions Nord et Est du Maroc (25%).

Les personnes qui utilisent les applications de façon occasionnelle sont davantage des personnes mariées (78%) et du sud (83%), tandis que les personnes qui les utilisent rarement sont davantage des personnes de 25 à 44 ans (21%).

En revanche, l’étude note peu de différences statistiques des fréquences d’utilisation entre les différentes applications de livraison de repas, sauf pour Glovo qui connaît une fréquence d’utilisation occasionnelle de 74%, un peu plus que son concurrent Jumia Food avec seulement 58%.

Par apport aux freins à l’usage de ces applications par certaines personnes, que l’étude qualifie d’ »étonnantes« , il est indiqué dans un graphique que 30% ont répondu préférer le fait maison, 25% préfèrent aller sur place, 23% déclarent que leur zone n’est pas couverte, 11% ne connaissent pas ces applications, 5% ont déclaré ne pas être intéressés, 4% trouvent que c’est cher, 4% appellent le restaurant directement, 3% ne savent pas comment les utiliser tandis que 8% des Marocains ne les connaissent pas.

Un manque à gagner pour les acteurs du secteur, estime la même étude.

Applications de livraison de repas : 25% des Marocains les utilisent, 8% ne les connaissent pas Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page