Recherché par le FBI, cybercriminel arrêté au Maroc

Le Français, Sébastien Raoult, recherché au niveau international dans une affaire liée à l’escroquerie informatique, au piratage et au vol aggravé par le biais de systèmes d’information, a été arrêté au Maroc à l’aéroport de Rabat-Salé.

Âgé de 21 ans seulement, cet ancien étudiant en informatique à l’école « Epitech » de Nancy, en France, est aujourd’hui en détention provisoire à la prison Tifelt 2, selon une source bien informée qui s’est confiée à Hespress. Le FBI le soupçonne d’appartenir à un groupe de hackers qui ont récemment fait les titres des grands journaux.

Interpellé à l’aéroport de Rabat-Salé, Sébastien Raoult s’apprêtait à quitter le Maroc pour se rendre en Belgique, a ajouté la même source qui a précisé que son arrestation s’est déroulée dans le cadre d’une opération sécuritaire supervisée sur le terrain par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) en coopération avec le Federal Bureau of Investigation (FBI).

Raoult est soupçonné d’être lié à un réseau criminel actif dans la cybercriminalité appelé « Shiny Hunters », dont les membres sont présentés comme des « cybercriminels prolifiques » qui se concentrent sur le piratage des systèmes d’information de plusieurs entreprises aux États-Unis d’Amérique, et la saisie de millions de documents clients, notamment des données personnelles, bancaires et financières ainsi que des numéros de compte secrets, qui étaient proposés à la vente sur des plateformes web et des comptes criminels.

Ces opérations criminelles ont permis aux hackers de gagner des millions de dollars en faisant chanter les victimes et les clients et en exerçant des pressions sur eux en échange de la non-publication de leurs données personnelles et confidentielles.

Le nombre d’entreprises qui ont été infiltrées et piratées dépasse les soixante. Selon des sources américaines, les autorités du comté de Western Washington ont inculpé le citoyen français susmentionné de neuf chefs d’accusation majeurs liés au complot, fraude à l’information, piratage, extorsion, usurpation d’identité et données personnelles.

Le groupe Shiny Hunters a défrayé la chronique pendant des années avec son activité au sein de ce qui est communément appelé « dark web », et s’est fait connaître en mai 2020 lorsqu’il a proposé à la vente les données de 91 millions d’internautes.

Depuis lors, le réseau fait chanter les victimes dont les données ont été infiltrées, en particulier celles basées aux États-Unis en s’appuyant sur une stratégie fondée sur la menace d’exposer les données à moins que la victime ne paie une rançon.

En août 2021, le groupe a mis aux enchères les données piratées lors d’un forum sur la cybercriminalité.

Recherché par le FBI, cybercriminel arrêté au Maroc Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page