MONUSCO: Larges condamnations après l’attaque contre le contingent des FAR en RDC

L’Etat-Major Général des Forces Armées Royales (FAR), avait annoncé mardi le décès d’un militaire faisant partie du contingent des FAR déployé en République Démocratique du Congo « MONUSCO », des suites de blessures causées par des tirs lors d’attaques rebelles. Cet acte a été largement condamné de par le monde.

Le Parlement arabe a ainsi condamné jeudi cette attaque terroriste contre le contingent des FAR déployé dans le cadre de la MONUSCO, exprimant « sa solidarité totale avec le Royaume du Maroc dans toute décision prise pour protéger ses soldats et ses forces ».

Tout en présentant ses sincères condoléances et sa compassion au Royaume du Maroc, Roi, gouvernement, parlement et peuple et aux familles des victimes, ainsi que ses vœux de prompt rétablissement à tous les blessés., le parlement arabe a mis en avant le rôle des FAR au sein de la mission des Nations unies dans le maintien de la sécurité et l’établissement de la paix dans la région.

L’institution panarabe a, en outre, appelé à renforcer la coopération aux niveaux arabe, régional et international pour faire face et éradiquer le terrorisme, en réaffirmant sa position constante rejetant les crimes de violence et d’extrémisme, ainsi que le terrorisme sous toutes ses formes.

Dès l’annonce de cette attaque et le décès du militaire marocain, le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) aavait immédiatement réagi et exprimé son regret et promis de prendre toutes les mesures possibles pour assurer la sécurité des personnels de la MONUSCO, des biens, les installations et autres, conformément à ses engagements.

Le secrétaire général des Nations Unis, Antonio Guterres, a présenté ses condoléances au Maroc et appelé les autorités congolaises à enquêter sur ces incidents et à traduire rapidement les responsables en justice.

Union européenne, Bahreïn, Jordanie et autres, ont également condamné fermement, cette attaque meurtrière, rappelant l’accord sur le statut des forces conclu entre l’ONU et le gouvernement de la République démocratique du Congo, qui garantit l’inviolabilité des locaux de l’ONU.

Toute attaque dirigée contre les Casques bleus des Nations Unies peut constituer un crime de guerre et rien ne justifie la violence à leur encontre, ont-ils estimé.

MONUSCO: Larges condamnations après l’attaque contre le contingent des FAR en RDC Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page