Sur 45 étrangers admis à Polytechnique 33 sont Marocains

Sur 45 élèves étrangers ayant réussi le concours d’admission à l’Ecole Polytechnique Paris, 33 sont Marocains (de l’ensemble des classes préparatoires du Royaume) et 6 sont Tunisiens. Les six autres sont de nationalité britannique, burkinabé, italienne, camerounaise, égyptienne et tchèque.

Généralement, et à chaque année que Dieu fait, nos jeunes compatriotes étudiants, excellents au demeurant, en maths et en physique, brillent aux concours des meilleures écoles d’ingénieurs françaises comme l’Ecole polytechnique (fondée en 1794) et CentraleSupélec. Pour la plupart, ils sont issus d’un terreau marocain de l’excellence, le Lycée d’Excellence justement de Benguerir, ou Lydex en l’occurrence. Lors de cet exercice, au moins 24 de ses élèves dont six filles ont passé avec brio le concours écrit de l’Ecole Polytechnique de Paris, considérée comme l’école la plus prestigieuse de France voir même dans le monde.

Cette prouesse place le Lydex dans le haut du panier des meilleurs lycées préparant aux concours des grandes écoles, tutoyant des établissements centenaires et prestigieux comme les lycées Louis-le-Grand à Paris et Sainte-Geneviève à Versailles. Lors de l’exercice écoulé (2021/22) près de 10 % des étudiants à l’Ecole polytechnique était Marocains, en effet, ils étaient 160 dont 110 suivaient le cycle ingénieur sur les 1 645 inscrits dans le programme. Une performance très estimable au regard de la réussite à d’autres grandes écoles, où chaque année, les étudiants marocains font des étincelles aux concours des écoles d’ingénieurs françaises.

Le Royaume, faut-il le rappeler, compte une vingtaine d’établissements proposant 19 classes préparatoires scientifiques : un record. A Casablanca il est une Ecole centrale où l’EIGSI La Rochelle y a ouvert un campus. Les Marocains sont la première communauté étrangère à étudier en France, avec 44 933 étudiants en 2020-2021 selon Campus France. Ils sont bon an mal an, 13 % à 15 % à opter pour les écoles d’ingénieurs.

A l’Ecole polytechnique de Paris, les étudiants sont rémunérés durant leurs études (environ 900 euros par mois) et à la sortie, ils obtiennent de gros salaires (plus de 41 000 € par an). L’école accueille de nombreux chercheurs sur son campus et les entreprises y sont très présentes via le financement de 39 chaires. Sa coopération avec le Royaume n’est pas négligeable. L’X de l’Ecole Polytechnique a signé de nombreux accords en ce sens, avec notamment l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguerir, permettant la mise en place de différents projets de coopération dans la recherche, l’entrepreneuriat et sur le plan académique.

Il est à mentionner, notamment, l’accord de double diplôme dans le cadre du programme de Master de Science et Technologie centré sur l’énergie (STEEM). Plusieurs accords de formation et d’échanges ont également été signés avec quatre grands établissements de Casablanca et Rabat : l’Ecole Hassania des Travaux Publics (l’EHTP), l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs (l’EMI), l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat (l’ENSMR) et l’Ecole nationale supérieure d’électricité et mécanique (l’ENSEM).

Sur 45 étrangers admis à Polytechnique 33 sont Marocains Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page