L’Imam “frériste“ marocain Iquioussen, “éligible“ à l’expulsion de France

Hassan Iquioussen, un Imam “frériste“ marocain accusé de tenir des « discours de haine » et de développer des « thèses antisémites » va être expulsé de France, a annoncé ce jeudi 28 juillet le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

En effet, dans un tweet, ce dernier a gazouillé en faisant valoir que cette expulsion était justifiée par le fait que « ce prédicateur tient depuis des années des propos haineux contre les valeurs de la France, contraires à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes. Il sera expulsé du territoire français ».

Habitant à Lourches, près de Valenciennes, Hassan Iquioussen avait continué de tenir, selon les éléments recueillis par la préfecture du Nord, un discours « de haine envers les valeurs de la République, dont la laïcité » et « l’égalité entre les femmes et les hommes » et de développer des « thèses antisémites ». Il est aussi accusé d’inciter « à une forme de séparatisme » et d’alimenter « des thèses complotistes autour de l’islamophobie ». Le 22 juin, la commission départementale d’expulsion des étrangers a rendu un avis favorable à son expulsion, a indiqué le ministère de l’Intérieur. L’arrêté d’expulsion « sera pris dans les prochaines heures », est-il encore dit. 

Ce Prédicateur islamique, surnommé le prêcheur des banlieues ou des cités, très actif sur les réseaux sociaux – sa chaîne YouTube est suivie par 169 000 personnes et sa page Facebook compte 42 000 abonnés, a eu vite de réagir dans un post sur Facebook. « Aujourd’hui, on m’accuse de tenir des propos discriminatoires, voire violents, ce que je conteste vivement. Je fais confiance à la justice et à mes conseils afin d’annuler cette procédure d’expulsion ».

L’expulsion de Hassan Iquioussen, père de cinq enfants majeurs, n’était pas possible avant la loi luttant contre les séparatismes promulguée en août 2021. Né en France, le 2 juin 1964 à Denain dans le nord-est de la France dans une famille d’immigrés marocains, il avait la nationalité française jusqu’à ce qu’elle lui soit retirée après sa majorité.

Après avoir obtenu une licence en arabe et un master en histoire, il a changé de voie pour se consacrer à l’apprentissage et à la transmission de l’Islam sans pour autant avoir reçu aucune éducation islamique formelle. « Le prêcheur des cités » fonde les Jeunes Musulmans de France avec l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). Depuis 2012, il anime une chaîne YouTube sur laquelle il donne des cours et partage ses opinions sur divers sujets. Il y émet des propos polémiques et complotistes. Il est connu pour avoir tenu des propos haineux, antisémites, homophobes et misogynes.

De nationalité marocaine depuis qu’il a perdu la nationalité française, il avait alors bénéficié de titres de séjour. C’est d’ailleurs grâce à une demande de renouvellement de son titre de séjour cet hiver que les autorités françaises ont décidé d’utiliser la loi d’août 2021. Cette décision a entraîné un examen détaillé des prises de position de l’imam avant un éventuel renouvellement de son titre de séjour. La préfecture du Nord a alors analysé les positions d’Hassan Iquioussen « sur un certain nombre de sujets de société, dont la laïcité, les rapports entre la charia et les lois de la République ou l’égalité entre les sexes », indique Le Point.

De nombreuses vidéos réalisées par l’imam ont alimenté le dossier présenté le 22 juin dernier lors de la réunion de la commission départementale d’expulsion réunie en préfecture. « Le préfet du Nord s’est déplacé en personne pour plaider le dossier devant les magistrats avec l’appui sans réserve du ministre de l’Intérieur », ajoute Le Point qui indique qu’un avis favorable a été donné après l’examen du dossier.

Hassan Iquioussen nie tout antisémitisme, toute homophobie, tout penchant fondamentaliste. « Il conteste le bien-fondé de son expulsion et revendique son attachement à la fois à l’islam et à la France », indique le média. Ce dernier serait très inquiet en raison de problèmes rencontrés auparavant avec les autorités marocaines. En effet, il se serait attaqué aux sacralités du Royaume. Selon l’un de ses proches, « il aurait intérêt à demander un titre de séjour dans un autre pays. Peut-être la Belgique, pour rester proche des siens ».

Réputé proche des Musulmans de France (ex- UOIF), branche française des Frères musulmans, Hassan Iquioussen est décrit comme un représentant de « la tendance la plus dure et la plus virulente des Frères musulmans en France sur des sujets comme le statut des femmes ou le rapport aux juifs ». Dans ses vidéos, il a toujours fait l’éloge de Hassan El-Banna, le fondateur des Frères musulmans.

L’Imam “frériste“ marocain Iquioussen, “éligible“ à l’expulsion de France Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page