Grève des distributeurs de gaz butane : L’intérieur entre en ligne

Les distributeurs de gaz butane et propane au Maroc ont annoncé une grève de 48H, les 29 et 30 juin en raison de la hausse des prix des carburants et le silence du gouvernement qui refuse tout dialogue malgré les nombreuses invitations adressées dans ce sens, selon le Syndicat national des distributeurs et dépositaires de gaz au Maroc.

À la suite de cette annonce, le ministère de l’Intérieur est entré en ligne pour éviter cette grève qui risque de créer de gros problèmes, notamment l’indisponibilité des bouteilles de gaz butane dans les commerces de proximité.

Ainsi, l’Association Professionnel des dépositaires de Gaz liquide au Maroc a tenu une réunion avec les services des ministères de l’Intérieur et des Finances, ce jeudi 23 juin, afin de trouver des solutions qui dissuaderaient les distributeurs d’entamer leur grève nationale. Cela dit, mais sans tirer des conclusions utiles ou prévoir une date pour une nouvelle réunion.

Selon Mohamed Benjelloun, président de ladite association, le gouvernement ne discute qu’un seul point, celui de ne pas cesser d’approvisionner le marché marocain en gaz, quelles que soient les circonstances.

Dans une déclaration à Hespress, Mohamed Benjelloun a précisé que la situation vécue par les professionnels est  » très difficile et qu’il est impossible de poursuivre la distribution« , soulignant que les pertes s’accumulent au quotidien.

Le ministère de l’Intérieur a limité le problème entre les distributeurs et les entreprises, a relevé le syndicaliste, notant que certains d’entre eux offraient aux distributeurs des subventions à 30 dirhams la tonne en échange de la prestation du service.

Mais ce chiffre est faible estime Benjelloun, qui avance le montant d’au moins 70 dirhams de subventions, selon les témoignages de professionnels. Le syndicaliste a également noté que « le flou » est le maître mot de la situation aujourd’hui, même après la rencontre avec le ministère de l’Intérieur.

Aujourd’hui, l’ensemble des intervenants, à savoir le gouvernement, les entreprises et les distributeurs, se plaignent, ajoute-t-il, soulignant que « le principal rendu de la réunion de jeudi est la volonté du gouvernement de ne pas arrêter l’approvisionnement« .

De son côté, Mustafa Baitas, porte-parole du gouvernement, a estimé que « la décision de faire grève concerne en premier lieu les distributeurs et les entreprises, et les solutions sont entre leurs mains « .

Au Maroc, la dernière grève des distributeurs de gaz butane remonte à fin 2014, ce qui a nécessité l’intervention du ministère de l’Intérieur à travers des appels initiés avec les structures représentatives des distributeurs pour suspendre la grève suivie d’un communiqué diffusé par la Wilaya de Casablanca, dans lequel elle a révélé l’intervention de responsables affiliés au même ministère.

Les professionnels soulèvent de nombreux problèmes qui les ont poussés à recourir à la grève, principalement la hausse des prix des carburants au Maroc, le coût élevé des pièces de rechange, des roues, la panoplie de charges pesant sur le distributeur en plus du fait qu’ils n’ont pas bénéficié de l’aide gouvernementale adressée récemment aux professionnels du transport routier.

Grève des distributeurs de gaz butane : L’intérieur entre en ligne Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page