Les mille et une élucubrations de Sultana Khaya mises à nu en Espagne

Plus Sultana Khaya va et plus ses contradictions entre les paroles et actes sont en déconnexion entre ce qu’elle dit et ce qu’elle fait. Entre nous, marre de ses diatribes où elle exprime un profond « déchirement » quant au fruit de quarante années pourrait-on dire, d’un travail acharné de « traîtrise », anéanti.

Le voyage de Sultana Khaya aux îles Canaries, début juin, permet de découvrir ses mensonges sur sa prétendue assignation à résidence et sa prétendue absence de liberté de mouvement nous dit le média espagnol Atalayar.

«  Toutes ses déclarations ont été démenties, non seulement par les titulaires de mandats des Nations unies, comme le rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, mais aussi par elle-même. Ainsi, les photos d’elle portant un uniforme militaire et une kalachnikov montrent qu’elle ne peut prétendre être une défenseuse des droits de l’homme, et encore moins une militante pour la paix », indique la même source.

Et mettant cela sur la propagande récurrente menée par le polisario dans les camps de Tindouf en Algérie, grâce notamment à l’utilisation professionnelle de photographies et d’enregistrements vidéo, des situations de victimisation sont créées, un modus operandi rémunéré par un financement mensuel et l’octroi de biens immobiliers.

Le média espagnol a rappelé que Sultana Khaya, avait présenté sur la chaîne espagnole Antena 3 le 18 novembre 2018 des photos d’enfants palestiniens blessés dans des attaques à Gaza en les faisant passer pour des enfants sahraouis gravement blessés lors des événements de Gdim Izik.

Filmée en train de rire alors qu’elle quittait ce même plateau de télévision elle n’en a pas fini d’en rire. On vous passe les autres faits dont elle accuse le Royaume « viol et d’agression sexuelle » démenties, au demeurant par sa nièce dans des enregistrements audio qui ont été partagés sur les médias sociaux.

Ces mêmes enregistrements révèlent, sans ambiguïté, qu’elle a reçu des instructions de membres du polisario pour fabriquer et maintenir la fausse accusation d’agression sexuelle présumée.

L’enquête sur ces faits allégués, souligne que la personne en question n’a jamais porté plainte pour un quelconque viol commis à son encontre, mais qu’elle dépose plutôt ses allégations auprès des mécanismes de l’ONU.

Par ailleurs, Sultana Khaya qui tente de se présenter mordicus comme une victime alors qu’elle jouit de tous ses droits en tant que citoyenne marocaine a pu manifester dans son lieu de résidence sans aucun problème, nous précise l’article du média espagnol Atalayar, de se déplacer entre son domicile et son travail, récupérer son passeport marocain, passer les tests PCR qui permettent de quitter le territoire national sans être empêchée de circuler librement, ce qui contredit ses déclarations.

Et de se poser des questions, comment une sympathisante séparatiste ouvertement hostile au Maroc peut-elle demander et obtenir un document de voyage de surcroit marocain et se soumettre à toutes les procédures administratives pour obtenir un passeport ? Comment une personne qui affirme avoir été violée peut-elle refuser d’être examinée par un médecin mis à sa disposition par le CRDH de Laayoune, l’antenne nationale de l’institution régionale de protection et de promotion des droits de l’homme ?

Comment une personne qui prétend avoir subi un préjudice à la suite d’un accident aux mains d’un camionneur en état d’ébriété conduisant un véhicule de société privé peut-elle refuser de suivre les étapes des services d’enquête pour être entendue sur ce qu’elle prétend avoir subi ? « Les deux citoyens américains qui l’ont rencontrée à son domicile l’ont également accompagnée sans encombre dans son voyage du Sahara à l’Espagne. Ainsi, un par un, les mensonges de Sultana Khaya s’effondrent » conclut le média.

Sollicité par Hespress FR à ce propos, Mohamed Talib, membre du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS), nous en a conté un peu sur le parcours de cette Marocaine ayant viré de bord pour une simple amourette.

« Tout ce qui est dit dans l’article ne relève que la vérité. Sultana Khaya avait été abordée alors qu’elle n’était qu’étudiante de l’Université de Marrakech par les séparatistes et lors d’un voyage à Boumerdes où elle est tombée amoureuse du patron du bureau des mercenaires du polisario à Las Palmas. Depuis elle file le parfait amour avec le bonhomme qui s’en sert pour sa propagande et celle de ses maîtres ».

Mohamed Talib indiquera que  « depuis qu’Aminatou Haidar ne fait plus les affaires des séparatistes, Sultana Khaya se présente comme la meilleure des alternatives pour les besoins de propagande du polisario ».

Mohamed Talib ajoutera: « Ils n’ont donc pas hésité à utiliser cette marionnette au service non seulement des sbires des crédules de Tindouf mais également et à priori, des services de renseignements de l’ANP à des fins que tout le monde connaît à savoir nuire aux intérêts du Royaume ».

« Aminatou Haidar brûlée, Khaya répond amplement aux besoins du DRS ou du DSS c’est du tout comme, c’est du prêt à emporter et du vendable à présenter pour certains Occidentaux friands en la matière quant à une représentation féminine du militantisme que ce soient ces séparatistes, ou autres ».

Mais au-delà de ceci, nous dira encore Mohamed Talib qui pointe le vrai problème. « Il faut y voir une crise interne au sein du gouvernail séparatiste que tente de dissimuler ces messieurs du polisario. En effet on est en train d’assister actuellement à un bouleversement de la hiérarchie au sein de ce mouvement au regard des événement qui se sont produits dernièrement au niveau du commandement. C’est certain les convulsions actuelles devraient signifier un changement dans la chose et à la tête et à la base d’un mouvement agonisant».

Les mille et une élucubrations de Sultana Khaya mises à nu en Espagne Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page