African Lion, Forum de Dakhla, Israël, Espagne, clandos… l’Algérie dans ses petits souliers

L’Algérie enrage et menace même après qu’un forum d’investissement hispano-marocain ait eu lieu les 21 et 22 juin à Dakhla. L’Algérie s’en est prise à l’Espagne et a averti que cela aura des conséquences certaines pour l’Exécutif de Pedro Sanchez dixit Amar Belani, un « diplomate » dont le titre pompeux démontre l’obsession du régime algérien pour le Maroc et son Sahara. 

Alors que l’événement entre le Maroc et l’Espagne, a été la première réunion d’ordre économique du genre depuis que Madrid a considéré le plan d’autonomie proposé par le Maroc comme la « base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend » du Sahara marocain, en Algérie, encore une fois, il fallait que cela engendre des conséquences.

Celui dont la nomination ne manque pas de toupet (l’envoyé spécial de l’Algérie pour le Sahara occidental et les pays du Maghreb au ministère algérien des Affaires étrangères), et qui se mêle de toutes les affaires, qu’il s’agisse de France, d’Espagne ou même des Etats-Unis ou d’Israël, ne sait plus où donner de la tête, tant nos provinces du Sud sont vastes,

Amar Belani a critiqué l’organisation du Forum hispano-marocain de l’investissement, dans la ville de Dakhla, en assurant que ce forum « contribuerait à aggraver les choses avec l’Espagne ». Les séparatistes en bons toutous apprivoisés ou bien dressés c’est selon l’évidence, ont logiquement emboité le pas à leur maître, le régime sénile d’Alger. Un petit copier-coller dont on n’enlèvera nullement l’initiative à Alger qui dans son petit coin, c’est un secret de Polichinelle dicte l’attitude à tenir de son rejeton.

L’Algérie a créé de toute pièce sa milice, l’a biberonné plus de quatre décennies durant afin d’assouvir ses désirs d’hégémonie en pensant tenir son rêve, celui d’enclaver le Royaume et de s’offrir une voie sur l’Atlantique. Maintenant parler de réfugiés à Tindouf c’est insulter l »intelligence des Nations. Ce sont des séquestrés marocains sous l’emprise de mercenaires algériens, ou sont des Algériens, Maliens et citoyens originaires de pays limitrophes venus spécialement pour grossir le nombre de cette population vivant sous les armes et que commandite le régime d’Alger. En ce moment, il est question de bouleverser le pouvoir hiérarchique des séparatistes. Cela se sent.

Et comme le dit si bien et pour une fois l’APS, l’agence officielle algérienne, « au terme des entretiens avec le responsable de la diplomatie du Polisario, Mohamed Salem Ould Salek, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra a exprimé «la solidarité» de son gouvernement avec «le peuple sahraoui jusqu’à la concrétisation de ses revendications légitimes et l’exercice de son droit inaliénable et imprescriptible à l’autodétermination ».

Et voilà tout est dit ! Enfin presque puisque « la réunion a été, également, l’occasion pour l’Algérie et le Polisario de « réaffirmer l’importance de renforcer les efforts que les Nations unies déploient à travers l’envoyé personnel du secrétaire général onusien, M. Staffan De Mistura, pour la reprise de pourparlers directs entre les parties au conflit (Maroc et polisario) ». En d’autres termes Alger n’y est pour rien dans l’affaire sauf que d’armer des mercenaires et de déstabiliser toute une région du monde pour ses propres intérêts.

Mais n’y voyons pas là, que le seul objet de la discorde à l’Est de l’Eden même dans son sud. Depuis lundi 20 juin et pour dix jours, les Etats-Unis et le Maroc ont lancé dans le Sud marocain, un exercice militaire le plus grand du continent, African Lion en son édition 2022. Pour les deux marionnettes schizos du Muppet show « made in Algeria »  c’est là une agression courroucée prête à les engloutir. Faut dire que ces manœuvres conjointes de l’AFRICOM au Maroc suscitent l’inquiétude à côté.

Malheureusement cela fait partie de la souveraineté que personne ne peut nous ôter. C’est comme quand la junte d’Alger, s’était empressée d’organiser dernièrement des manœuvres militaires nocturnes à balles réelles dans la région de Tindouf. Mais dans cette affaire ce qui fout vraiment les boules aux séniles d’Alger, c’est Israël. Et vas-y que j’accuse l’Etat hébreu, l’ennemi juré de participer aux exercices d’African Lion. Et d’en baver encore plus, depuis qu’au terme de la rencontre qu’elle a eue avec le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita, la ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a, sans surprise aucune, «réitèré» le «soutien d’Israël à la souveraineté du Maroc sur son Sahara. No comment !

Et puis on ne vous dit pas que ces derniers temps entre Alger et Madrid est électrique et ce coup-ci ce n’est pas le gaz mais la nouvelle ampleur alarmante de l’immigration clandestine depuis les côtes de l’ouest algérien vers le sud de l’Espagne où des centaines de clandos chaque semaine, voire quelques fois en un seul week-end sont expédiés vers le Vieux continent via l’Espagne.

L’Algérie a refusé de reconduire la coopération renforcée entre les garde-côtes des deux pays et l’admission des harragas refoulés par l’Espagne. Aussi afin d’arrêter ce flux et d’effrayer les réseaux des passeurs de “harragas“ soupçonnés d’être soutenus par la junte algérienne, Madrid face à cette attitude qualifiée d’hostile, a lancé un appel aux forces militaires de l’OTAN.

Du coup depuis lundi dernier, plusieurs navires militaires espagnols ainsi que d’autres de l’alliance militaire atlantique naviguent au large de la Province d’Almeria et des Îles Baléares. La flotte composée a même charrié les eaux territoriales algériennes déclenchant ainsi, l’ire d’Alger. « Simples exercices militaires de routine » a répliqué Madrid  pour justifier ce déploiement.

African Lion, Forum de Dakhla, Israël, Espagne, clandos… l’Algérie dans ses petits souliers Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page