Koweït: Le prince héritier dissout le Parlement

Le prince héritier du Koweït a annoncé mercredi la dissolution de l’Assemblée et l’organisation prochaine d’élections législatives. Le pays, connu pour a vie politique active,  est habitué aux crises politiques.

Le Koweit va de nouveau ombrer dans une crise entre l’exécutif et le Parlement, le prince héritier, cheikh Mechaal al-Ahmad al-Jaber Al-Sabah, n’a pas eu d’autre choix que de procéder à la dissolution du Parlement pour lancer de nouvelles élections législatives anticipées.

Parmi les principaux exportateurs de pétrole brut au monde, le Koweït est le seul pays arabe du Golfe à vivre au rythme d’une vie politique turbulente, avec des députés qui prennent régulièrement les ministres à partie. La famille régnante des Al-Sabah garde néanmoins les clés du pouvoir.

« Nous avons décidé de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer des élections législatives », a déclaré le prince héritier, cheikh Mechaal al-Ahmad al-Jaber Al-Sabah, appelant « le peuple koweïtien à élire une nouvelle chambre qui puisse assumer une grande responsabilité dans le maintien de la stabilité de l’Etat ».

Le décret de dissolution sera publié dans les prochains mois, a-t-il ajouté lors d’une allocution télévisée sans préciser de date.

L’opposition koweïtienne avait renforcé ses rangs lors du dernier scrutin législatif de décembre 2020, avec 24 députés élus sur les 50 sièges que compte l’Assemblée nationale.

Au Koweït, premier pays du Golfe à avoir adopté un système parlementaire en 1962, les députés sont en principe élus pour un mandat de quatre ans, les femmes ayant obtenu le droit de voter et de se présenter en 2005.

Les élus jouissent d’importants pouvoirs, n’hésitant pas à mettre sur le grill des ministres appartenant à la famille royale accusés de mauvaise gestion voire de corruption.

En avril, le gouvernement lui-même avait démissionné alors que des députés s’apprêtaient à interroger le Premier ministre, Sabah Khaled al-Sabah, accusé de pratiques « inconstitutionnelles », notamment de corruption.

Le gouvernement, mis en place en décembre 2021, gère les affaires courantes en attendant la formation d’un nouveau cabinet.

Koweït: Le prince héritier dissout le Parlement Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page