Buzz l’Éclair : Ciné Atlas réagit à la polémique autour de la diffusion au Maroc

Le dessin animé des studios Disney, Buzz l’Éclair, a été interdit dans plusieurs pays arabes et asiatiques, notamment l’Indonésie, l’Égypte, la Libye, l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis, en raison de passages faisant la promotion de l’homosexualité. Au Maroc, alors que le film britannique « The Lady Of Heaven » sur la vie du prophète et sa famille a été interdit en raison de la version « chiite » adoptée, Buzz l’Éclair n’a pas connu le même sort.

Ce dimanche 19 juin, Buzz l’Éclair du géant américain Disney sera diffusé au Maroc dans les salles de cinéma. Selon les critiques refusant sa diffusion, l’animation comprend une scène où deux personnages féminins échangent des baisers.

Après l’annonce de sa diffusion au Maroc, la polémique a grandi et les internautes se sont mis à attaquer les salles de cinéma marocaines qui selon eux « ont accepté la diffusion de scènes homosexuelles dans un dessin animé destiné aux enfants ».

Rapidement, et pour éviter que la polémique ne prenne de l’ampleur, voire une autre tournure, Ciné Atlas a décidé de mettre les points sur les «I» au sujet de la diffusion dès ce dimanche de Buzz l’Éclair. Sur sa page Facebook, le cinéma a bien précisé que le film a reçu un visa tout public pour le Maroc et que Ciné Atlas n’a aucun rôle de «censure».

«Très chers spectateurs, nous postons ce message inhabituel, car notre social média manager est harcelé de questions à propos de BUZZ L’ÉCLAIR et de la polémique autour de ce film d’animation. CINEATLAS n’est pas distributeur du film au Maroc ».

Et d’ajouter: « Suite aux nombreux messages que nous avons reçus, nous avons interrogé la société qui distribue le film dans le Royaume, qui nous a confirmé qu’il a reçu un visa tout public pour le Maroc», explique Ciné Atlas.

La franchise marocaine a ainsi précisé qu’elle ne dispose d’aucune autre information pour l’heure avant d’ajouter : « Nous n’avons aucun rôle de censure, nous respectons les directives données par les autorités, nous respectons les choix de nos spectateurs. D’avance merci pour votre compréhension et votre fidélité ».

Il convient de rappeler que le dessin animé en question comprend des passages où deux personnages féminins sont mis en scène échangeant des baisers. Les pays ayant interdit sa diffusion ont indiqué avoir contacté Disney afin de supprimer ces scènes de « baiser lesbien » pour leur public ou de produire une deuxième version, mais le géant américain a refusé leur demande.

Les Émirats arabes unis, à titre d’exemple, ont annoncé que l’interdiction de diffusion du dessin animé s’explique par une infraction aux normes de contenu médiatique en vigueur dans le pays, et indique notamment que le contenu du film est inapproprié pour la classification d’âge qu’il vise.

En Indonésie, qui a refusé la diffusion de Buzz l’Éclair, le régulateur des médias a annoncé que « le distributeur du film Disney a rejeté l’option de sortir deux version du film sous un système de double classement qui aurait permis à un public plus jeune de voir » le dessin animé, notant qu’il s’agit bien du «premier dessin animé commercial pour enfants à présenter des images manifestement homosexuelles».

En effet, dans le « spin-off » de la saga « Toy Story », on retrouve le personnage d’Alisha Hawthorne ranger de l’espace et la meilleure amie de Buzz l’éclair qui fonde une famille avec une autre femme.

Pour Chris Evans, qui a prêté sa voix au ranger de l’espace, la décision de certains pays d’interdire la diffusion du dessin animé a été prise par des « idiots » qui s’accrochent encore au passé.

Buzz l’Éclair : Ciné Atlas réagit à la polémique autour de la diffusion au Maroc Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page