UE : Face au chantage gazier de l’Algérie, l’OTAN réagit fermement

Depuis que l’Europe a débuté à réduire sa dépendance gazière vis-à-vis de la Russie le régime grabataire d’Alger, qui se veut sans le pouvoir une alternative à cet affranchissement n’a de cesse de bomber le torse au point de sortir de ses petits souliers et d’en arriver même à la menace à l’encontre du Vieux continent.

C’est que l’Algérie est, par la force des choses et des malheurs de son allié et parrain russe, devenue le troisième fournisseur de gaz en Europe. Merci à qui ? à l’Italie. A l’Est de l’Eden, on est même d’une audace à aller plus loin, en semant d’exemple, la zizanie entre l’Espagne et l’Italie de par un petit jeu de préférences en avantageant l’un au détriment de l’autre. Il y va de soi c’est privilégier la question de suprématie quant au rêve du « hub » énergétique dans le continent. Cela s’appelle également faire un pied de nez à l’Europe.

Les réactions ne sont pas faites attendre, et pour une fois, l’Europe a dit à l’unisson basta. Mais pas seulement ! L’alliance militaire de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) (organisation politico-militaire mise en place par les pays signataires du traité de l’Atlantique Nord), sans estimer que l’Algérie était réellement un Etat voyou l’aurait vu plutôt d’un autre œil l’évaluant en tant qu’Etat racketteur, si l’on peut l’expression. En effet, vu que l’Algérie utilise l’approvisionnement en gaz comme moyen de pression politique sur l’Europe, l’Alliance militaire, dans un rapport dit confidentiel, a freiné les ardeurs du régime grabataire d’Alger, « comme la Russie, l’Algérie utilise l’approvisionnement en gaz comme moyen de pression politique ». Et d’un !

Aussi et dans le panier, les agissements derniers vis-à-vis de l’Espagne qui témoignent plus que jamais du chantage que veut exercer le régime grabataire d’Alger sur l’Europe. Le document de l’OTAN estime en outre et sans vergogne aucune, que « les approvisionnements en gaz de l’Algérie sont un risque pour la sécurité de l’Europe ». Ben voyons ! on s’affranchit bien du volume énorme de Russie alors pourquoi pas de celui beaucoup moins volumineux de l’Algérie qui se veut être soudain, le front guerrier sud de l’UE dans le conflit que mène son sponsor à l’Europe et à l’Ukraine. Mais a-t-elle les moyens de sa politique ? Que nenni ! L’Algérie s’isole et ses accointances avec les Etats voyous comme dernièrement avec le tapis rouge réservé au président du Venezuela en dit long sur les ambitions algériennes quant à son devenir dans le domaine d’Etat voyou qui ne saurait tarder.

Et alors que tous les moyens sont bons pour tenter de réduire la dépendance européenne aux énergies fossiles voilà que l’Algérie de ses manigances s’interpose en fragilisant un projet d’interconnexion gazière entre la France et l’Espagne, interrompu en 2019. Baptisé MidCat, il est jugé « crucial » par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « Nous privilégierons les projets transfrontaliers, comme la liaison cruciale entre le Portugal, l’Espagne et la France. Il faut le faire maintenant », soulignait à Barcelone la présidente de la Commission européenne. « L’importance géopolitique de cette interconnexion devrait nous libérer des menaces russes », avait-elle justifié.

C’était sans compter sur la traitrise d’Alger qu’aujourd’hui un rapport confidentiel de l’OTAN évalue comme un risque potentiel pour la sécurité de l’Europe. C’est en avril que l’Algérie a utilisé le chantage gazier comme moyen de pression politique sur l’Espagne. Cela avait failli marcher avec le GME avec lequel elle a débuté une « stratégie rouleau compresseur », mais en vain. Là, c’est à du gros poisson auquel s’attaque le régime grabataire d’Alger à lui en faire chavirer le bateau qui prend de plus en plus d’eau. L’OTAN qui a établi des parallèles avec la Russie ne s’en laissera pas conter, ça, c’est sûr. C’est une question énergétique et donc de sécurité et l’Alliance militaire ne badine pas avec cela. L’Algérie s’attaque à du lourd, elle va bientôt le regretter.

UE : Face au chantage gazier de l’Algérie, l’OTAN réagit fermement Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page